Soupir de soulagement à Gatineau

Hélène David dit «non» à la fermeture des conservatoires en région

Hélène David... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Hélène David

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Non» à la fermeture des conservatoires régionaux, a répondu catégoriquement la ministre de la Culture et des Communications, Hélène David. Spécifiant qu'elle prenait «personnellement le dossier en main», elle s'est ainsi dissociée «complètement» du rapport soumis «à la dernière minute» mardi soir par le directeur général du Conservatoire de musique et d'art dramatique du Québec, Nicolas Desjardins, et le conseil d'administration de l'institution.

«Ce rapport comporte une seule conclusion, soit la cessation des activités d'enseignement dans les établissements en région du conservatoire. Tel que je l'avais déjà annoncé, si on me proposait de cesser l'enseignement offert par les conservatoires en région, ma réponse serait non. La réponse de ce matin est donc non. Les conclusions sont irrecevables», a-t-elle fermement martelé lors d'un point de presse tenu mercredi matin, à Québec.

Pour le directeur du conservatoire de musique de Gatineau, Yves Léveillé, ce non équivaut à un «premier soupir de soulagement pour les étudiants, les professeurs et les gens de la région».

«On ne sait toutefois pas ce qui pourrait être décidé quant à une possible centralisation du pouvoir décisionnel dans les grands centres, par exemple. Mais il s'agit là quand même d'une étape qui donne espoir pour le futur», a-t-il renchéri.

Le parti des régions

Face aux mouvements de mobilisation mis sur pied pour préserver les conservatoires régionaux, notamment en Outaouais, et aux manifestations orchestrées par les élèves du réseau, la ministre David a été claire: «Je le répète, je prends le parti des régions. Je prends le parti des étudiants.»

Ces derniers réclament par ailleurs la tête du directeur général du Conservatoire. Mme David rencontrera justement Nicolas Desjardins dès jeudi, en compagnie du président du conseil d'administration du Conservatoire, Jean-Pierre Bastien. Elle s'assoira ensuite avec l'ensemble des membres du conseil d'administration, la semaine prochaine.

La ministre David a notamment déploré qu'une seule hypothèse lui ait été soumise en guise de solution de redressement financier, en lien avec le déficit anticipé de 14 millions $ à la fin de l'année. Un trou qui s'est creusé à partir de 2007, au moment où le Conservatoire est passé du statut de direction du ministère à celui de société d'État, a-t-elle noté.

S'attendant à des hypothèses pour réaménager la structure et l'administration, Mme David a regretté du même souffle que seules les villes de Gatineau, Trois-Rivières, Rimouski, Val d'Or et Saguenay aient été visées dans ce rapport.

«Il n'y a pas un mot (...) sur la question de Montréal et de Québec, on ne parle que des régions», a-t-elle dénoncé.

Quant à la possibilité d'une tutelle, d'une réintégration au sein du ministère ou d'une éventuelle intégration dans le réseau de l'Université du Québec, Hélène David n'a pas voulu se prononcer pour le moment sur ces sujets.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer