Ariane Moffat, de MAma... à maman modèle à sa manière

Sous les feux de la rampe comme jamais auparavant, la coach de La Voix Ariane... (ÉTIENNE RANGER, Archives LeDroit)

Agrandir

ÉTIENNE RANGER, Archives LeDroit

Partager

Sur le même thème

Sous les feux de la rampe comme jamais auparavant, la coach de La Voix Ariane Moffatt se prépare à se retirer dans l'ombre pour vivre vraiment son rôle de «mama». Mais avant l'arrivée des jumeaux que porte sa conjointe, prévue cet été, l'auteure-compositrice-interprète foulera les planches du Théâtre du Centre national des arts, jeudi soir prochain, dans le cadre de l'un des derniers spectacles au pays de sa tournée MA.

Lorsque jointe à Montréal, mardi, Ariane Moffatt était toutefois en train d'accoucher... de la chanson pour sa protégée Valérie Carpentier, en prévision de la grande finale de La Voix, qui se déroulera en direct sur les ondes de TVA, demain soir dès 19h30. La jeune interprète de Sainte-Anne-de-la-Pérade n'était donc pas la seule à subir la pression de performer, au cours des derniers jours, puisque les premières répétitions étaient prévues mercredi.

«Chaque coach doit écrire une pièce pour son candidat, ce qui est en quelque sorte une manière de valider notre rôle, aussi!» explique la chanteuse en rigolant, à moins de 24 heures d'une première écoute avec Valérie.

«Heureusement, je suis assez inspirée, je dois dire... À force de la côtoyer, je crois bien suivre la bonne intuition par rapport à ce qui pourrait lui plaire. Le défi, c'est de ne pas trop la sortir de sa zone de confort, tout en lui proposant un texte qui la propulsera vers autre chose en même temps», enchaîne-t-elle.

L'effet La Voix

Cette dernière en aura étonné plus d'un, depuis les débuts de La Voix. L'artiste, qui n'a jamais pris part à Star Académie ni cherché à alimenter les manchettes des magazines, est ainsi allée à la rencontre d'un tout nouveau public grâce à l'émission.

Sans album à mettre en valeur à sa place, c'est elle qui a brillé sur le plateau.

«Habituellement, je me retrouve devant une caméra pour parler de mes projets et de mon métier, soutient-elle. Je n'ai jamais été une adepte des téléréalités. Pour moi, la célébrité ne devrait pas survenir avant d'avoir créé quelque chose et ma vie intime demeurera toujours personnelle. La Voix, c'est donc une expérience qui relève d'une nouvelle job pour moi. Je n'avais jamais fait de la télé comme ça, avant. Il est évident que les gens ont eu accès à moi autrement, à mon essence en quelque sorte, dans ma manière de tisser des liens avec les membres de mon équipe.»

Le concept de La Voix lui a permis de recruter des «voix intérieures» plus que des cordes vocales puissantes. D'entrer en contact avec des «personnalités uniques» qu'elle a pris plaisir à faire ressortir sur scène. À preuve, les 89% des votes du public récoltés par Valérie Carpentier, dimanche soir dernier, et qui font assurément d'elle la candidate à battre demain.

«Ça veut dire que j'ai réussi à propager au public le coup de foudre que j'ai éprouvé dès le début pour elle, se réjouit Ariane Moffatt. Et ça veut dire que la pression est sur les autres candidats et coachs! Mais bon, il faut encore que je termine ma chanson pour elle!»

Poursuivra-t-elle son travail d'encadrement auprès de certains de ses poulains, une fois les projecteurs éteints? «Je ne veux pas nécessairement les laisser tomber, mais je ne pourrais certainement pas les suivre les 14, fait-elle valoir, lucide. Et puis, ma carrière, je l'ai bâtie par moi-même...»

Une carrière qui, d'Aquanaute à Tous les sens, a été couronnée de nombreux Félix.

MA: un risque assumé

Avec son plus récent effort, le bilingue MA, lancé l'an dernier, elle est toutefois «restée entre les deux». Comptant un titre de trop en anglais pour pouvoir être éligible au dernier gala de l'ADISQ, elle y est «passée dans le beurre». Idem du côté des prochains Juno, où elle n'a recueilli aucune nomination.

Ariane Moffatt était consciente de «prendre un risque» et assume totalement les résultats.

«Je n'ai jamais dit que je partais à la conquête des États-Unis, avec ce disque-là. J'avais envie de chanter en anglais sur un de mes albums par démarche artistique, point à la ligne. J'étais réaliste et je voulais pouvoir aller chanter dans l'Ouest, entre autres, de manière plus inclusive, déclare-t-elle, sans amertume aucune dans la voix. D'ailleurs, j'espère qu'il y aura autant de francophones que d'anglophones au CNA, la semaine prochaine!»

Elle sera alors entourée de quatre musiciens, pour ainsi marier «le côté dansant et électro» de MA à des moments de douceur et d'intimité. Fanny Bloom assurera la première partie de la soirée.

Après son escale dans la capitale fédérale, Ariane Moffatt conclura sa tournée en France, avant de revenir au Québec pour «quelques spectacles d'adieu», dont l'un devrait se tenir pendant les FrancoFolies. Si elle parle de spectacles d'adieu, ce n'est pas parce qu'elle abandonnera la musique, mais parce qu'elle s'éclipsera pendant quelques mois pour jouir de sa «vie de mama».

«Ma priorité sera de faire place à la maternité. Qui sait ce qu'elle m'inspirera?»

Une chose est certaine, clame-t-elle: «Ce ne sera pas un album pour enfants!» Un «projet plus minimaliste, genre piano-voix» pourrait être une option réaliste, «étant donné que j'ai un piano à la maison et que je pourrais en jouer entre deux changements de couches», lance-t-elle en riant de plus belle.

D'ici à l'arrivée des jumeaux, Ariane Moffatt recevra en mai le prix Lutte contre l'homophobie 2013 de la Fondation Émergence. Un prix que la principale intéressée perçoit «comme une récompense».

«Ça a pris du temps avant que je me sente pleinement à l'aise d'évoquer publiquement mon homosexualité, confie-t-elle. Ça a été le fruit d'un long et difficile cheminement vers l'acceptation. Et il n'était pas question que j'envisage d'avoir des enfants avant d'être sûre d'assumer tout ça! Ce prix, c'est donc comme une tape dans le dos par rapport à mon propre cheminement.»

Mais ne la cherchez pas dans les rues pour autant. «Je ne serai jamais une militante. Ça ne me ressemble pas, de toute façon. Cependant, je sais que j'ai présentement beaucoup de visibilité et si je peux être, pour certaines jeunes femmes, un modèle à ma manière, eh bien, tant mieux.»

OÙ? Centre national des arts

QUAND? Le 18 avril, 19h30

RENSEIGNEMENTS? Billetterie du CNA, 613-947-7000, ou chez Ticketmaster, 1-888-991-2787

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Valérie couronnée

    Arts & Spectacles

    Valérie couronnée

    En Mauricie, c'était le scénario souhaité. Pour Valérie Carpentier, c'était un sort inespéré. La jeune femme de Sainte-Anne-de-la-Pérade est devenue... »

  • Heureux tourbillon pour Valérie Carpentier

    Arts & Spectacles

    Heureux tourbillon pour Valérie Carpentier

    Au bout du fil, lundi midi, Valérie Carpentier avait encore de la difficulté à réaliser sa victoire de la veille sur le plateau de l'émission... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer