L'«encyclopédie vivante» du jazz n'est plus

Le monde du jazz vient de perdre un... (Simon Séguin-Bertrand, archives LeDroit)

Agrandir

Le monde du jazz vient de perdre un grand ami. Jacques Émond a succombé dimanche à un accident cardio-vasculaire. En février 2012, le pionnier du FIJO avait d'ailleurs été reçu Chevalier des Arts et des Lettres par l'ambassadeur français Philippe Zeller.

Simon Séguin-Bertrand, archives LeDroit

Partager

Sur le même thème

Daniel LeBlanc

Foudroyé par un accident cardio-vasculaire, Jacques Émond s'est éteint si abruptement dimanche que la triste nouvelle a eu l'effet d'une bombe pour certains de ses fidèles amis. Pas plus tard que la semaine prochaine, le journaliste à la retraite Marc-André Joanisse devait aller prendre un café avec le grand manitou du Festival international de jazz d'Ottawa (FIJO).

«Ça me jette par terre. Il était mon ange spirituel, un gourou du jazz. Je viens de perdre un grand ami avec qui j'avais développé des liens assez profonds au fil des ans. Je le décrivais comme l'encyclopédie vivante du jazz, a lancé au bout du fil celui qui a passé 24 ans au journal LeDroit. C'était quelqu'un de zen, de très allumé. [...] Quand je pense à lui, je n'ai que des qualités qui me viennent en tête.»

Discret sur sa vie privée, l'ancien directeur artistique du FIJO n'a jamais dévoilé publiquement son âge. «Ce n'est pas moi qui vais la révéler non plus. Il l'aura emporté avec lui», de dire M.?Joanisse au sujet de l'homme décoré l'an dernier par la France du titre de Chevalier des Arts et des Lettres. Il laisse dans le deuil sa conjointe Cécile ainsi que ses belles-filles.

«C'est une immense perte, à tel point qu'il m'est impossible de la quantifier. Il a passé de grands moments en compagnie de presque tous les grands du jazz. Jacques était aimé des deux solitudes, qu'il s'agisse des francophones ou des anglophones. Il prenait grand soin des artistes, c'est lui-même qui les présentait sur scène. Lors du Festival, même les artistes locaux étaient rarement refoulés dans une piètre case horaire. De plus, ils se voyaient remettre de bons cachets. J'ai découvert une tonne d'artistes grâce à lui», raconte-t-il sur un ton ému.

Une marque indélébile

Impliqué dans le FIJO pendant trois décennies (d'abord comme bénévole, il a aussi fait le ménage du site de l'événement en soirée), Jacques Émond a indéniablement laissé sa trace dans le monde artistique à la fois sur la scène régionale et nationale, voire internationale.

En entrevue avec Marc-André Joanisse pas plus tard qu'en février dernier, il affirmait dans nos pages que son unique regret était de ne pas avoir réussi à attirer la légende Miles Davis dans la capitale. Son meilleur concert en carrière? Celui donné par Dave Brubeck, qui s'est éteint le mois dernier à l'âge de 91 ans, accompagné de l'Orchestre du Centre national des Arts (CNA).

Réalisateur à Radio-Canada et musicien, André Massicotte est lui aussi tombé des nues lorsque LeDroit lui a appris le décès de celui qu'il connaissait depuis la fin des années 1980. «C'était quelqu'un de passionné, de véridique, rempli de connaissances et qui allait au-delà des modes. Jacques était une vraie encyclopédie, c'était toujours un plaisir d'échanger avec lui. Il avait le don de créer des contacts et tous les artistes avaient confiance en lui. Il était empreint d'une belle humanité», a-t-il confié. Jacques Émond faisait partie du jury du gala des JUNO et pouvait être entendu sur plusieurs ondes radio dont celles de CKCU.

Plus de détails dans l'édition du Droit du 8 janvier 2013 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Jacques Émond, le chevalier du jazz

    Actualités

    Jacques Émond, le chevalier du jazz

    Une matinée comme une autre pour Jacques Émond ? Pas tout à fait. On cogne à la porte de sa maison de la Basse-Ville d'Ottawa. Un monsieur lui tend... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer