Michel Barrette à la salle Odyssée de la Maison de la culture

Le «raconteux» y va à fond

Michel Barrette était intarissable, hier soir, à la... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Michel Barrette était intarissable, hier soir, à la Maison de la culture de Gatineau.

Etienne Ranger, LeDroit

Partager

Michel Barrette l'épicurien. «Born to be wild ! On a tu le droit d'être bum des fois ?!», lance-t-il.

Le vieux routier de l'humour au Québec a mis la pédale au plancher, hier soir, à la Salle Odyssée de Gatineau,  pour présenter son 10e show en carrière Faut j'te raconte. Avec plus de 30 ans de métier derrière la cravate, le «raconteux» a subi une cure de jouvence. Physique et intense jusqu'au bout, Barrette faisait presque «chaud lapin».  

Dans ce dernier spectacle, Michel Barrette ne réinvente pas son genre.  Il reste fidèle à lui-même. Il explore et aborde des thèmes du quotidien à travers ces récits de vie tantôt un brin salace et plus souvent qu'autrement imbibés de testostérone et de gazoline. Efficace tout de même.

«Moi, ce que j'aime, c'est de raconter des choses vraies. La vie est bien plus drôle que des textes composés. Et quand je raconte mes histoires, je les revis», dit-il.

Une simple chaise berçante antique pour s'appuyer, Barrette mise tout sur sa gestuel et ses talents d'orateur pour livrer la marchandise. Et il la livre.  

«Ce que je vous raconte là, je vous jure, c'est vrai. C'est rude, mais s'est arrivé, vrai comme je suis là».

Histoires de gars, histoires de char, histoires olé olé, Barrette est débridé.   

Si les anecdotes livrées par l'humoriste tombent parfois dans le cliché et flirtent avec le simpliste, elles sont habillement rehaussées avec les talents incontestables de conteur du comédien.

Particularité de son spectacle Faut j'te raconte, Michel Barrette, d'un ton subtilement engagé, valse, avec des sujets d'actualité. L'agente 728 y passe, les étudiants et leur grève aussi. Et la collusion et corruption n'y échappe pas.

«On a des trous dans les rues, des trous dans le budget et des trous du cul à l'hôtel de ville».

On sent bien par moment la griffe du journaliste Richard Martineau qui a collaboré à l'écriture du spectacle. Louis-Philippe Rivard, le scripteur de l'humoriste Peter MacLeod a aussi mis sa patte, avec une mise en scène signée Luc Senay.  

Michel Barette est habile pour mélanger les genres. Il a su traiter de sujets également plus sérieux comme la mort et a librement parlé de ses histoires de famille. Même à cheval entre la nostalgie et le sombre, Barrette provoque le rire avec son côté humain et attachant.

À 55 ans, Michel Barrette n'a pas perdu la touche et le rythme. Celui qui est collé au défunt personnage  Hi! Ha! Tremblay a livré un show de deux heures bien tassées sans entracte. Comme quoi son amour de la scène est toujours aussi vif et la foule de la Salle Odyssée le lui a bien rendu hier. «Je n'en reviens pas. J'aime ça être sur scène. Et même après 30 ans, je suis toujours aussi délinquant», pousse-t-il, en se confessant.

Michel Barrette sera de retour à Gatineau avec son spectacle Faut j'te raconte en supplémentaire en mai prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer