«Je n'ai jamais été à l'école et je joue aux professeurs»

Guillaume Lemay-Thivierge espère avoir la même influence sur... (Jessy Laflamme, LeDroit)

Agrandir

Guillaume Lemay-Thivierge espère avoir la même influence sur les jeunes étudiants que sa mère a eue sur lui.

Jessy Laflamme, LeDroit

Jessy Laflamme
Le Droit

Avant de monter sur les planches de la Maison de la culture pour présenter Ladies Night, Guillaume Lemay-Thivierge a fait un arrêt à l'école Sainte-Famille/aux Trois-Chemins de Thurso, hier, pour rencontrer les élèves.

Se retrouver dans une école secondaire est une situation ironique pour cet acteur qui n'a jamais mis les pieds dans un tel établissement, et qui, de plus, joue un enseignant d'histoire dans la série 30 vies, diffusée quotidiennement sur les ondes de Radio-Canada. Il était d'ailleurs en nomination au Gala Artis dans la catégorie Rôle masculin/téléromans québécois pour ce rôle. «Comme je souffrais de dyslexie et de troubles d'attention, ma mère n'a jamais voulu que j'étudie dans une école secondaire, et ce, même si elle était orthopédagogue, a-t-il raconté aux élèves. Elle était contre le système scolaire qui prônait une seule méthode d'apprentissage pour tout le monde, et qui bannissait ceux qui ne pouvaient suivre.»

Décédée l'an dernier, sa mère a joué un rôle majeur dans sa vie. «Si j'avais gagné un Artis, dimanche, je lui aurais rendu hommage, a-t-il déclaré. Elle croyait en chacun de ses élèves. Elle disait souvent, je vais le débloquer, il doit voir de quoi il est capable. En vous le disant aujourd'hui, c'est comme si j'avais gagné.»

Suivant quelque peu ses traces, l'acteur donne souvent des conférences dans les écoles. «J'espère susciter une étincelle chez les jeunes, leur dire que les épreuves peuvent les aider à grandir et qu'il n'existe aucune limite, qu'ils peuvent tout accomplir.»

Des épreuves, Guillaume en a traversé plusieurs. Son parcours académique a été particulièrement difficile à cause de ses difficultés en français. De plus, sa présence à l'écran, notamment dans Le Matou, lui a valu son lot d'intimidation. Plus tard, il s'est vu refuser l'entrée au cégep. Puis, il a vécu une période creuse dans sa carrière où il a essuyé plusieurs refus à la suite d'audition. Malgré tout, il a réalisé ses deux rêves: jouer dans un film d'action (Nitro) et sauter en parachute.

Plus de détails dans LeDroit du 24 avril 2012 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer