L'avenir dans le regard d'un enfant

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les enfants ne l'auront jamais facile. Ce fut encore le cas en 2014. Depuis des millénaires, ils servent de victimes innocentes, de cibles inutiles et de prétextes commodes à bien des outrances de l'histoire. Cette année n'a pas fait exception. À la veille de célébrer la naissance d'un enfant qui a changé le monde, il vaut la peine de rappeler que tous les enfants ne sont pas nés égaux et que, pour des centaines de millions d'entre eux, la vie est une longue succession d'obstacles d'horizons bloqués, de violences physiques et morales, de travail forcé, d'éducation refusée, de vies fauchées.

En cette fête de Noël où nous aimons nous souvenir de nos moments d'enfance et de toutes les traditions qui les accompagnent, il est important de rappeler que les enfants, avenir de l'humanité, doivent parfois franchir un véritable parcours du combattant pour en arriver à apporter leur contribution à la société.

Au cours des dernières semaines, 133 enfants et 15 de leurs professeurs d'une école de Peshawar, au Pakistan, ont été brutalement massacrés - et 130, blessés -, en représailles des opérations militaires contre les talibans près de la frontière afghane. L'année 2014 a été particulièrement brutale alors que des millions d'enfants se sont retrouvés dans le feu croisé de conflits armés partout sur la planète. Que ce soit en Palestine, en Syrie ou en Irak, les enfants paient chèrement de leur vie et de leur avenir le prix d'une logique de mort sur laquelle ils n'ont aucune prise.

L'UNICEF (Fonds des Nations unies pour l'enfance) célèbre cette année le 25e anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant. Cette convention, appliquant aux enfants les grands principes, fondamentaux et non négociables, des droits de la personne, avait pour objectif de « protéger et promouvoir leurs droits de survivre et de se développer, d'apprendre et de s'épanouir, de faire entendre leur voix et d'atteindre leur plein potentiel. »

S'il y a eu de grandes avancées dans la réduction de la mortalité infantile, de la scolarisation ou de la participation des filles, il n'en demeure pas moins, souligne l'UNICEF, que « de nombreux enfants restent encore à la traîne. » C'est pourquoi 2014 a été déclarée l'année de l'innovation pour l'équité dans la recherche de solutions nouvelles pour le bien-être des enfants. En effet, les enfants les plus pauvres ont moins de chances que les plus riches de naître en présence d'un soignant qualifié, sont privés d'école primaire ou bien ne voient jamais un livre à la maison. Dans la moitié des pays disposant de données, plus de 80 % des enfants âgés de 2 à 14 ans ont été soumis à une discipline violente.

Il n'y a pas qu'à l'étranger où les droits des enfants sont bafoués. Dans notre propre société, nombre d'enfants sont victimes d'intimidation à l'école ou dans leur milieu. Il ne se passe pas de jours sans que l'on rapporte des cas de violences sexuelles dont les enfants sont victimes. Et que dire des inégalités sociales, économiques et de santé qui ralentissent le développement des enfants dans nos propres communautés.

Ce n'est pas pour rien qu'ont vu le jour des organismes comme les Centre de pédiatrie sociale en communauté pour mieux accompagner les enfants sur leur « trajectoire de développement » à la maison, à l'école, sur les terrains de jeu ou ailleurs. Ils permettent d'identifier les enfants vulnérables pour leur donner accès aux ressources du milieu.

Il y a quelques semaines une jeune fille de 17 ans, Malala Yousafzai, a reçu le prix Nobel de la paix pour son engagement militant pour l'accès des filles à l'éducation. Colauréat avec Malala, l'Indien Kailash Satyarthi a été honoré pour sa lutte contre l'exploitation des enfants.

Les enfants ne sont donc pas seuls dans leur lutte pour l'éducation, la santé et l'intégrité. La lutte est parfois inégale, mais ce combat est juste. La célébration de la Nativité nous rappelle que les enfants peuvent changer notre regard sur le monde et notre attitude envers notre prochain si nous savons leur emprunter l'ouverture, l'émerveillement, l'innocence, la paix et la joie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer