L'autre Gatineau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un froid déferle sur les relations entre la Ville de Gatineau et les municipalités rurales. Il ne date pas de la sortie, cette semaine, du maire Maxime Pedneaud-Jobin sur le partage d'une enveloppe monétaire de 1,1 million$ pour améliorer les conditions de vie des aînés. Pas plus qu'on ne peut reprocher aux MRC et à leurs élus de défendre les intérêts de leurs commettants. C'est le contraire qui serait inquiétant.

L'histoire régionale des 40 dernières années aura été marquée par un éloignement graduel et mutuel des urbains et des ruraux de l'Outaouais, pour la simple raison que l'économie gatinoise s'est radicalement transformée - au point de ne plus avoir vraiment besoin de ses voisines. Il fut un temps où l'économie de Gatineau reposait sur ses liens avec le reste de l'Outaouais, surtout pour l'exploitation de ses richesses forestières.

Les temps ont changé. Il ne faut pas s'en surprendre.

Si vous pensez que Gatineau est loin de Québec, imaginez l'Outaouais. La croissance de l'économie gatinoise ne s'est jamais appuyée sur les richesses «naturelles» de son arrière-pays, mais plutôt sur la manne des emplois fédéraux. Ce faisant, Gatineau a tourné le dos à ses zones rurales et axé son développement sur l'avantage quantitatif et qualitatif d'une agglomération majeure intégrée à la capitale nationale.

Cet attrait de la grande ville a eu également des conséquences démographiques et sociologiques importantes, puisque les zones périphériques se sont développées à vitesse grand V. Les conséquences ne sont pas négligeables. Au contraire, des milliers de résidents des municipalités environnantes ont profité d'un urbanisme moins contraignant et de prix immobiliers à l'avenant pour s'y établir, tout en profitant de la relative proximité de l'agglomération Gatineau-Ottawa pour y travailler.

Il en résulte des déplacements de plus en plus longs, l'utilisation des transports en commun financés en quasi-totalité par Gatineau et un encombrement majeur des «navetteurs» dans les stationnements incitatifs, légaux et illégaux, et même dans les rues de certains quartiers.

Gatineau profite de cet afflux de travailleurs, mais cela vient également avec des coûts qu'elle doit assumer. La montée de lait du maire Pedneaud-Jobin sur l'enveloppe réservée aux aînés, faite à la suite de la rencontre du conseil de la Conférence régionale des élus, lundi, doit se comprendre en fonction des principes en jeu davantage que sur la répartition d'enveloppes somme toute mineures. On parle ici d'un différent d'environ 75000 $. Sur un budget de 526 millions$, c'est une goutte d'eau.

Il est important que le maire de Gatineau fasse valoir son point de vue pour que la CRÉO prenne bien conscience de la logique des nombres et des obligations extraterritoriales qui lui incombent. Les dossiers du train à vapeur et le partage des 3,4 millions$ inutilisés qui dorment à la Société de diversification économique de l'Outaouais sont deux autres dossiers à la source de tiraillements entre le rural et l'urbain.

Il faut remettre dans une certaine perspective la déclaration du maire de Gatineau à l'effet que «cette décision est injuste». En effet, la répartition est basée sur le territoire et a été approuvée en août dernier. Il a cependant raison de souligner le déséquilibre entre la part de 29% allouée à Gatineau et la présence de 69% des aînés vulnérables sur son territoire. Il jouit en cela de l'appui de la Commission sur les aînés de Gatineau. Est-ce «totalement inéquitable»? Pour une différence de 75000 $, c'est discutable. Par contre, il est absolument justifié que les causes et les conséquences de ce déséquilibre fassent l'objet d'un débat public.

En cela, le maire de Gatineau n'a fait que son devoir et il a mis la table pour les prochaines divergences. Il n'est pas inutile de souligner que la CRÉO voit au «développement harmonieux de la région» et la mise en oeuvre de «la planification stratégique régionale».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer