Un petit pas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La collectivité franco-ontarienne fait présentement l'inventaire de ses besoins les plus criants en éducation postsecondaire et un fort consensus s'établit en faveur d'une gouvernance francophone des programmes collégiaux et universitaires de langue française. Le moment aurait donc été bien choisi à Queen's Park pour annoncer un virage décisif sur les plans de l'offre et de la gestion du postsecondaire en français.

À la place, le gouvernement Wynne semble vouloir se contenter, pour le moment, de colmater les brèches les plus évidentes de l'offre dans la région de Toronto et d'y consacrer de modestes investissements de 14,5 millions $ au cours des trois prochaines années. Pour les étudiants franco-ontariens du sud de la province où le taux d'accès à des programmes collégiaux et universitaires en français oscille autour d'un maigre 3 %, c'est certainement une nouvelle réjouissante, mais c'est bien en deçà des attentes légitimes des francophones de l'Ontario.

Au-delà des remerciements timides qui s'imposent quand quelques millions de plus viennent bonifier une offre plus que déficiente dans le corridor Toronto-Windsor, les milieux franco-ontariens doivent rappeler au gouvernement libéral qu'une enveloppe si peu garnie ne fera qu'amorcer un règlement des problèmes d'accès dans le sud ; qu'il existe des besoins aussi graves dans les collectivités francophones de l'est et du nord de la province ; et qu'il ne faut pas oublier, comme l'affirmait l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, hier, « la question de gouvernance par et pour les francophones ».

Pour La Cité collégiale et le Collège Boréal, récipiendaires d'une partie de cette bonification, l'occasion sera belle de travailler à une heureuse diversification de l'offre collégiale en français dans la Ville-Reine. Par contre, à l'universitaire, la mission principale sera confiée à une institution bilingue, le Collège Glendon, qui devra effectuer une révision complète de son offre de cours en langue française. Si l'objectif véritable est de transformer ce collège dynamique en institution francophone, tant mieux ! Mais la dernière chose dont les Franco-Ontariens ont besoin, c'est d'accentuer l'environnement bilingue à l'universitaire.

Au risque de casser les oreilles de ceux qui sont las de l'entendre, les Franco-Ontariens ont fait le diagnostic du bilinguisme en éducation depuis un demi-siècle et ont conclu, sans nuances, au caractère essentiel d'institutions homogènes françaises. Cela s'est fait d'abord au primaire et au secondaire, puis au collégial. Il ne reste que l'universitaire où la gouvernance échappe aux Franco-Ontariens, et la collectivité francophone de l'Ontario est en droit de s'attendre que son gouvernement adopte immédiatement une position de principe là-dessus.

Le gouvernement Wynne a déjà en mains tous les outils pour aller de l'avant : les études de son Commissariat aux services en français, le comité consultatif qu'il s'apprête à créer en matière d'éducation postsecondaire en français, et la collaboration envisagée d'acteurs clés du casse-tête : l'Université d'Ottawa, l'Université Laurentienne, La Cité collégiale, le Collège Boréal et le Collège Glendon. Il ne manque que le mot magique - université franco-ontarienne - pour bien encadrer l'objectif ultime de cet imposant réseau d'experts.

L'annonce du gouvernement Wynne arrive au moment où l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario tient ses assises annuelles à Ottawa. L'occasion est propice, tout en reconnaissant la valeur du geste posé par Queen's Park, de réaffirmer vigoureusement les objectifs et les besoins de l'ensemble de la collectivité franco-ontarienne, pour qu'on ne les perde pas de vue à Toronto. Pour le Regroupement étudiant franco-ontarien, initiateur des États généraux sur le postsecondaire en Ontario français, la poursuite des consultations en novembre permettra de garder les projecteurs braqués sur le thème de la gouvernance.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer