Automne historique

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Demain, à plus de 700 km de la région de la capitale, dans la ville de Timmins, une soixantaine d'intervenants issus d'une diversité de milieux francophones du Grand Nord ontarien seront rassemblés dans le cadre d'un événement à caractère historique: la toute première d'une série de six consultations régionales des «États généraux sur le postsecondaire en Ontario français». Ils déboucheront l'an prochain sur un projet d'impact, couvrant à la fois les besoins de la collectivité franco-ontarienne ainsi que les structures devant assurer à l'Ontario français la gouvernance de ses programmes d'éducation postsecondaire.

À l'origine une initiative de l'organisme qui représente 22000 étudiants du postsecondaire, le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO), ces «États généraux» sont devenus au cours de la dernière année un mouvement touchant l'ensemble de la collectivité francophone de l'Ontario.

À preuve, l'Assemblée de la Francophonie de l'Ontario (AFO) et la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) en sont devenues les partenaires. Restait cependant à voir à quel point l'éducation postsecondaire, et notamment le vieux projet d'université franco-ontarienne, pouvait rallier des appuis sur le terrain.

Pour les promoteurs des «États généraux», le pari était risqué. Un échec des consultations aurait pu compromettre à la fois la qualité de la réflexion et la crédibilité du plan d'action que le RÉFO entendait soumettre à Queen's Park en 2014. À cet égard, le niveau de participation à la rencontre de Timmins est plus qu'encourageant : environ 60 inscriptions, provenant bien sûr des milieux étudiants, mais encore davantage d'organisations émanant de la collectivité, y compris deux conseils scolaires, et d'intervenants oeuvrant au Collège Boréal et à l'Université de Hearst.

Pour la consultation régionale d'Ottawa et de l'Est ontarien, qui aura lieu le 30 novembre, on recense déjà plus de 120 inscriptions! Et c'est sans compter tous ceux qui seront présents aux rassemblements de Sudbury, Toronto, Windsor et Thunder Bay. D'ores et déjà, on peut conclure que sur le simple plan de la participation et de l'intérêt soulevé, les «États généraux» constituent une réussite. Jamais les Franco-Ontariens n'avaient été sollicités de cette façon pour la seule question de l'éducation post-secondaire et, de toute évidence, il était grand temps!

Il faut sans doute s'attendre à des revendications variant d'une région à l'autre. L'Ontario, c'est grand comme un pays et les besoins du corridor Toronto-Windsor sont fort différents de ceux de Sudbury et de la capitale fédérale, où toute discussion sur le post-secondaire franco-ontarien met en cause deux grandes institutions bilingues, l'Université d'Ottawa et l'Université Laurentienne. Mais il faut espérer, quelles que soient les priorités d'action proposées, que le consensus actuel sur le caractère essentiel de la gouvernance franco-ontarienne soit affirmé avec force.

Depuis les années 1960, il a fallu des crises politiques majeures et des décisions judiciaires à caractère constitutionnel pour arracher la gouvernance des écoles primaires et secondaires de langue française aux gouvernements des provinces à majorité anglophone, y compris l'Ontario. Les collèges ont suivi sur le tard. Que l'universitaire échappe toujours au contrôle de la collectivité franco-ontarienne témoigne à la fois de la complexité du secteur et de la puissance de la résistance au changement.

Récemment, parlant au nom de son gouvernement, la ministre Madeleine Meilleur a insisté sur «notre engagement envers la communauté francophone». À l'aube des «États généraux sur le postsecondaire en Ontario français», la première ministre Kathleen Wynne ne pourrait-elle pas en donner la preuve en acquiesçant immédiatement au principe d'une gouvernance franco-ontarienne à l'universitaire? Sans doute faudra-t-il encore une fois lutter et cette fois, avec les États généraux, il semble y avoir des combattants dans l'arène.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer