Une croix sur l'or, mais pas sur les Jeux

Malgré hors combat en raison d'une commotion cérébrale,... (ÉTIENNE RANGER, Archives LeDroit)

Agrandir

Malgré hors combat en raison d'une commotion cérébrale, Jean-Sébastien Genest, à droite, s'est quand même tapé le long voyage à Saguenay pour encourager les athlètes de la délégation de l'Outaouais.

ÉTIENNE RANGER, Archives LeDroit

Partager

(SAGUENAY) C'était un favori pour gagner l'or dans sa catégorie de poids. Mais une commotion cérébrale a couché au tapis un taekwondoïste de Gatineau.

«Je suis tombé tête première contre le sol la semaine dernière lors d'une sortie en planche à neige. J'ai perdu un peu la mémoire», a relaté Jean-Sébastien Genest, hier après-midi, à son arrivée à Saguenay.

Oui, le jeune athlète âgé de 11 ans s'est quand même tapé le long voyage de huitheures en autobus. Il aurait pu facilement rester chez lui. Ses coéquipiers ne lui auraient pas tenu rigueur.

«Je suis ici pour les encourager. Je tenais à le faire», a soutenu Genest, sourire aux lèvres.

Ce dernier a signifié aux officiels son retrait de la compétition en soirée via son entraîneur Luc Mercier. Une décision qui n'était pas facile. Mais le médecin a été clair. Pas question d'efforts physiques.

Ça, et le taekwondo demeure un sport de contact.

Même si les coups à la tête ne sont pas permis aux Jeux du Québec, Genest n'avait nullement l'intention de défier la recommandation du «doc».

«Ce ne serait pas vraiment une bonne idée (de se battre)», a-t-il convenu.

Plus loin dans le dortoir, on retrouvait Evan Gendron-Boudreau, Jacob Mercier et Elizabeth Belchamber, les trois athlètes qui participeront au tournoi de taekwondo. Il s'agira de la première fois que l'Outaouais sera représentée dans cette discipline olympique.

Le plus jeune du lot, Evan, âgé de 11 ans, redoublait d'ardeur pour souffler son matelas lorsque le journaliste est débarqué sur le site d'hébergement. Il était heureux d'être arrivé dans la région hôtesse.

«C'était ma première fois en autobus voyageur, a-t-il noté fièrement. Il était temps qu'on arrive.»

Les attentes sont élevées pour ses amis et lui. L'Outaouais ne se contentera pas de jouer les figurants en taekwondo.

Le coach s'attend à des médailles.

Luc Mercier est d'ailleurs l'artisan de la présence de la région dans ce sport aux Jeux du Québec. Il se spécialise dans le style de la World Taekwondo Federation (WTF), seule fédération reconnue par le Comité international olympique (CIO).

L'homme travaillait sur le projet depuis 2005, l'année où il est déménagé à Gatineau et durant laquelle il a fondé son club.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer