Prisonnier du succès

Le cofondateur d'Escape Manor, Chris Bisson... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Le cofondateur d'Escape Manor, Chris Bisson

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Byline Isabelle BriseboisLe Droit AffairesPATRICK WOODBURY, LeDroit
Marc Gauthier

Collaboration spéciale

Le Droit

La fiancée de Chris Bisson aimait tellement jouer au jeu Escape the room sur son ordinateur qu'un jour, il l'a enfermée dans son appartement et lui a préparé une série d'énigmes à résoudre. «Si tu réussis les épreuves, je t'emmène déjeuner au restaurant.»

Aujourd'hui,  pour gagner sa vie, Chris Bisson conçoit des énigmes destinées à des milliers de clients. Il est le cofondateur de Escape Manor, un jeu où les gens se font emprisonner dans une pièce et doivent s'échapper en trouvant la solution à des énigmes dans un temps limite, le plus souvent en moins d'une heure. Environ six joueurs participent à l'épreuve. Le concept est né en Asie au milieu des années 2000 et a rapidement conquis l'Occident.

«En 2014 (novembre), quand nous avons ouvert notre premier emplacement sur la rue Queen à Ottawa, nous étions la 22e entreprise du genre en Amérique. Aujourd'hui, nous en dénombrons environ 5 000 sur le continent» raconte Chris Bisson.

L'entreprise compte maintenant six emplacements à Ottawa, un à Cornwall et le tout dernier se trouve à Brisbane en Australie! Il ne s'agit pas de franchises, mais plutôt de partenariats. «Comme il est difficile de vérifier à distance la qualité des installations, nous préférons aider les compagnies à démarrer et ensuite, nous prenons une part des profits», explique l'entrepreneur qui s'est taillé une place dans le palmarès 2017 Forty Under 40 de la région de la capitale nationale.  

Deux de ces emplacements (sur le Marché By et sur Wellington) appartenaient à des concurrents. Escape Manor les a achetés.

La force de l'accueil

Chris Bisson a fondé l'entreprise avec son ami Billy Rogers il y a deux ans et demi. Deux partenaires se sont joints à eux par la suite, Steve Wilson et Neil Schwartz . Les quatre hommes sont originaires d'Ottawa et ils ont presque tous de l'expérience dans le domaine du spectacle et du service à la clientèle, notamment en hôtellerie.

Le président et cofondateur d'Escape Manor, Chris Bisson... (Patrick Woodbury, Le Droit) - image 3.0

Agrandir

Le président et cofondateur d'Escape Manor, Chris Bisson

Patrick Woodbury, Le Droit

Chris Bisson, par exemple, a passé sept ans sur des bateaux de croisière à organiser des activités pour les passagers. «Quand j'ai visité d'autres entreprises comme la nôtre, je me suis aperçu qu'il leur manquait cette notion de service, d'accueil. Nous, c'est notre force. En plus, nous avons ajouté un bar dans nos commerces, les gens peuvent rester après l'activité», précise-t-il. De plus en plus d'entreprises y envoient leurs employés pour stimuler l'esprit de groupe.

Le concept plaît, de toute évidence : Escape Manor a reçu 300 000 visiteurs depuis son ouverture. À 20 $ l'entrée, on devine que l'entreprise a récolté près de 6 M$ de revenus en moins de trois ans. Un succès qui a permis de créer 45 emplois. Escape Manor peut aussi se targuer d'avoir été élue Meilleure nouvelle entreprise de l'année en 2015 par Tourisme Ottawa.

Gatineau en vue

Mais attention, participer aux activités de Escape Manor peut être exigeant. À peine 30 % des clients réussissent à trouver la clé qui leur permet de s'échapper. «Nous ne voulons pas que ça soit trop facile. Les gens sont frustrés, oui, parfois. Mais nous voulons qu'ils méritent leur victoire.»

Tous les scénarios sont bilingues, suffit de le demander lors de la réservation. En fait, environ 35% de la clientèle est francophone, précise le cofondateur de l'entreprise. D'ailleurs, Escape Manor envisage d'ouvrir un 7e commerce dans la région, cette fois, à Gatineau. «Nous aimerions que cela se fasse cette année» espère Chris Bisson. À plus long terme, la compagnie vise une vingtaine d'emplacements d'ici 2020.

Et vous vous demandez peut-être si la fiancée de Chris a réussi à résoudre les énigmes composées par l'élu de son coeur. Oui, elle a solutionné les épreuves. Le couple est allé déjeuner. C'était le jour de la Saint-Valentin.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer