Comment financer son projet?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Libana Kassab

Collaboration spéciale

Le Droit

Qu'ont en commun la Banque de développement du Canada (BDC) et les Fonds régionaux de solidarité FTQ? Ils sont au service des entreprises et offrent des prêts sur le long terme. Tour d'horizon des sources de financement disponibles pour les entrepreneurs de l'Outaouais.

Financer un projet d'exportation, un pignon sur rue ou un nouvel équipement peut s'avérer une source de stress considérable pour un entrepreneur. Que ce soit une petite ou une grande entreprise, différentes sources de financement sont offertes pour concevoir un projet.

La banque des entrepreneurs

«La Banque de développement du Canada (BDC) est la seule banque qui a pour client uniquement des entrepreneurs», explique fièrement Martin Richer, directeur du centre d'affaires de la BDC en Outaouais. L'organisation qui soutient entre 400 et 500 entrepreneurs dans la région se distingue par ses services de financement direct aux entreprises, de consultation et de financement de capital de croissance.

Le directeur du centre d'affaires de la BDC... (Etienne Ranger, Le Droit) - image 2.0

Agrandir

Le directeur du centre d'affaires de la BDC en Outaouais, Martin Richer

Etienne Ranger, Le Droit

M. Richer rappelle que la BDC n'est pas une banque traditionnelle. «Une institution financière conventionnelle a des comptes à rendre à ses actionnaires. Nous sommes aussi très rentables, mais notre mandat est différent et c'est pourquoi nous pouvons prendre de plus gros risques. Notre actionnaire, c'est le gouvernement et notre mandat, celui de promouvoir la croissance des entreprises de la région», explique-t-il.

Pour les types d'entreprises 

Les entreprises de toutes tailles sont admissibles à du financement que ce soit pour le démarrage, la croissance ou la relève. Édith Gaudet, directrice régionale en Outaouais pour les Fonds régionaux de solidarité FTQ, est fière de la variété de financement offerte aux entreprises d'ici.

«Les Fonds régionaux de solidarité font des investissements de 100 000 $ à trois millions de dollars. Nous travaillons aussi en collaboration avec les fonds de solidarité qui offrent du financement plus élevé. Donc, les projets qui demandent un fonds de plus de trois millions, nous allons le faire, mais nous allons le traiter en collaboration avec les fonds de solidarité à une échelle supérieure», 

explique Mme Gaudet.

Comment obtenir un financement?

Intéressé à concrétiser un projet? La BDC offre un service complémentaire en ligne pour les prêts de moins de 100 000$.

La directrice régionale pour les Fonds régionaux de... (Etienne Ranger, Le Droit) - image 3.0

Agrandir

La directrice régionale pour les Fonds régionaux de solidarité FTQ, Édith Gaudet

Etienne Ranger, Le Droit

«Nous nous basons sur les antécédents de l'entreprise et de l'entrepreneur. Une analyse sommaire est faite et ensuite nous octroyons le prêt. Ce type de prêt ne nécessite pas de rencontre avec un conseiller. L'entrepreneur est informé, il vient signer les papiers, puis nous envoyons l'argent via le Web», explique M. Richer.

Quant aux Fonds régionaux de solidarité, Mme Gaudet explique qu'un simple coup de fil est nécessaire pour demander une rencontre avec son équipe. «Nous donnons une décision dans un délai d'environ trois semaines. Si nous nous entendons avec l'entrepreneur, à ce moment-là nous faisons notre vérification diligente. Donc nous vérifions que nous avons bien compris le modèle d'affaires, que tout est beau. Puis, nous envoyons une lettre d'offre et finalement un chèque.»

Finances et management : les clés pour être accepté

Contrairement à la croyance populaire, les finances de l'entreprise ont un impact minime sur la demande de financement, du moins à la BDC et aux Fonds régionaux de solidarité. En effet, Édith Gaudet souligne que le management joue un grand rôle dans la décision définitive.

«C'est certain que nous regardons les finances de l'entreprise avant de prendre une décision, mais ce qui joue un grand rôle, ce sont les entrevues et les rencontres que nous faisons pour voir comme le management est géré. C'est basé sur la compétence, sur l'expérience», explique-t-elle.

Martin Richer est du même avis. Pour avoir de meilleures chances d'obtenir un prêt, le directeur soutient «qu'une entreprise en croissance, qui a un bon plan de continuité, un bon modèle d'affaires, de bons entrepreneurs déterminés et prêts à soutenir leur entreprise», c'est ce qui compte lors de la demande de financement.

Il ajoute qu'il est rare que la BDC soit la seule à octroyer un financement à une entreprise. «L'entrepreneur qui a commencé ses recherches avec d'autres établissements aura de meilleures chances d'être financé, dépendamment de son projet. Ce n'est pas une obligation, mais ça peut démontrer le sérieux de la démarche», précise-t-il.

Quel que soit le projet entrepreneurial, une entreprise peut faire une demande de financement en tout temps en contactant le centre d'affaires de la BDC en Outaouais (www.bdc.ca/fr/centres-affaires/quebec/pages/outaouais.aspx) ou les Fonds régionaux de solidarité FTQ en Outaouais (www.fondsftq.com/fr-ca/financement/fonds-regionaux/outaouais.aspx).




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer