La pensée design pour innover

Même si elle n'est pas une nouvelle venue, la pensée design a le vent dans les... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Geneviève Turcot

Collaboration spéciale

Le Droit

Même si elle n'est pas une nouvelle venue, la pensée design a le vent dans les voiles depuis quelques années. Cette méthode de résolution de problème permet aux entreprises de tout acabit de non seulement innover, mais aussi d'apprendre à collaborer autrement.

«Depuis un an, il n'y a pas une semaine qui passe sans que l'on reçoive une demande pour un atelier sur la pensée design», confirme au bout du fil Annemarie Lesage, de l'agence montréalaise Yu Centrik. 

Détentrice d'un doctorat de l'École de design de l'Université de Montréal, Annemarie Lesage anime un atelier sur la pensée design de huit heures, qui est scindé en deux matinées. «L'idée est de laisser aux participants le temps de réfléchir à ce qu'ils ont appris, ainsi ils peuvent revenir avec leurs questions le lendemain», précise la formatrice qui voit défiler dans ses ateliers autant des designers industriels, des designers web que des responsables du développement des affaires.

La pensée design est née dans les bureaux de l'entreprise américaine IDEO, fondée par Tim Brown et David Kelley en 1991. Rapidement, leur méthode de travail non-traditionnelle, qu'ils ont baptisée le «design thinking», fait jaser. David Kelley est notamment l'un des créateurs de la première souris Apple. La pensée design est une méthodologie en cinq étapes qui place les besoins de l'humain, du client, au centre de la réflexion. Cette méthode peut être utilisée autant pour créer de nouveaux services, des produits, des espaces que des organisations. 

Se mettre à la place du consommateur et comprendre ses besoins est la toute première étape de la pensée design. Viennent ensuite la définition du problème, l'idéation, le prototype, et puis finalement, le test. 

«Le Royaume-Uni a pris le virage de la pensée design dans tous ses services en 2012-13 et ça fonctionne, explique Annemarie Lesage, pour justifier en partie l'engouement qui existe autour de cette méthode, qui peut être autant appliquée dans une start-up que dans une grande entreprise. À la base, cette méthode permet d'innover et comme c'est un processus balisé, il y a là quelque chose de rassurant pour les organisations. C'est aussi un processus collaboratif qui mène des gens de différents niveaux à travailler ensemble. Il y a aussi quelque chose de très ludique à tout ce processus et tous les participants doivent connaître les règles du jeu.»

Pour Annemarie Lesage, qui dirige une équipe d'analystes et de designers, la pensée design permet de faire des gains de temps importants. «Souvent, dans un nouveau projet, les délais sont courts et l'on perd du temps car tout va très vite, et souvent tout croche ! La pensée design permet de sauver du temps tout en se concentrant sur l'innovation.»

Pour la designer, en plaçant l'utilisateur au coeur de sa démarche, on peut mieux comprendre le contexte dans lequel il évolue et ainsi mieux le servir et répondre à ses besoins.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer