• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > Baisse d'impôts: le plan Trump affectera le Canada, selon Jean Charest 

Baisse d'impôts: le plan Trump affectera le Canada, selon Jean Charest

Jean Charest a participé jeudi à une discussion... (André Pichette, La Presse)

Agrandir

Jean Charest a participé jeudi à une discussion sur les occasions d'affaires pour les entreprises québécoises dans le cadre de l'ALÉNA et de l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne.

André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

MONTRÉAL - La baisse de l'impôt des entreprises que se propose de faire le président américain Donald Trump devrait préoccuper les gouvernements d'ici encore plus que l'ALÉNA. S'il va de l'avant, des «décisions très urgentes» devront être prises par les gouvernements d'ici, prévient l'ancien premier ministre Jean Charest.

«À mon avis, c'est l'enjeu le plus important entre le Canada et les États-Unis actuellement. Dans l'ordre des choses, c'est un enjeu qui est plus menaçant pour nous que la négociation de l'accord de libre-échange, oui», a lancé l'ancien premier ministre du Québec, en point de presse.

M. Charest a participé, jeudi à Montréal, à une discussion sur les occasions d'affaires pour les entreprises québécoises dans le cadre de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) et de l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne. L'événement était organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

C'est dans ce cadre qu'il a manifesté ses craintes que le président américain réduise de 35 à 20 % l'impôt des entreprises comme il envisage de le faire.

Au Canada, l'impôt comparable est en moyenne de 27 % et au Québec de 26,9 %, a-t-il noté.

«S'il devait faire ça, ça aura un impact très important sur les décisions d'investissement au Canada», a averti l'ancien premier ministre du Québec.

«Il a l'intention de le faire; il va y arriver. Là, ça veut dire qu'il y a des décisions très urgentes à prendre au Canada pour s'ajuster», a-t-il ajouté.

Quand on lui a demandé s'il voulait dire que les gouvernements d'ici n'auraient d'autre choix que de baisser à leur tour l'impôt des entreprises, il n'a toutefois pas franchi ce pas. «Il va falloir qu'ils s'ajustent. C'est déjà bas à 27 %. Il faut voir venir. Il faut commencer à réfléchir sur nos options et je n'en vois pas beaucoup, moi. Si nos impôts à nous sont beaucoup plus élevés que ceux des Américains sur le plan corporatif, on va perdre de l'investissement», a-t-il répété.

Le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, est même allé plus loin, évoquant le spectre que des entreprises d'ici déplacent des activités vers les États-Unis, si l'impôt des entreprises américaines devait être abaissé de façon significative.

«Si on veut que nos entreprises investissent ici, il faut que nos entreprises puissent faire des bénéfices ici qui sont au moins aussi élevés que si elles étaient localisées aux États-Unis. Si les États-Unis baissent les impôts, on va avoir des entreprises étrangères moins susceptibles d'investir à Montréal et au Québec. Et on va même avoir des entreprises québécoises plus susceptibles de localiser des activités aux États-Unis, où les impôts seraient plus bas», a opiné M. Leblanc.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer