• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > Plaidoyer pour des services bancaires en milieux ruraux 

Plaidoyer pour des services bancaires en milieux ruraux

Le maire du canton d'Alfred-Plantagenet, Fernand Dicaire, déplore... (Martin Brunette, Archives Le Droit)

Agrandir

Le maire du canton d'Alfred-Plantagenet, Fernand Dicaire, déplore la fermeture de trois succursales bancaires dans les dernières années.

Martin Brunette, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que la vague de fermeture de succursales bancaires se poursuit, les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) entendent faire pression pour maintenir des services financiers dans les milieux ruraux.

Les maires ont émis le souhait d'avoir des banques à charte dans les édifices de Postes Canada situés dans les petites communautés. Ces succursales permettraient notamment aux usagers de déposer et de retirer de l'argent, ce qui n'est pas nécessairement possible avec des guichets automatiques.

«Notre population est vieillissante et il y en a plusieurs qui n'aiment pas faire affaire avec une machine ou qui n'ont pas accès a Internet. Ils veulent parler à quelqu'un. Ils veulent de l'argent dans leurs poches», a souligné le maire d'Alfred-Plantagenet, Fernand Dicaire. 

Ce dernier tire la sonnette d'alarme dans la  foulée de la fermeture éventuelle des trois succursales de la Banque Nationale à Vankleek Hill, Bourget et Alfred. Ces succursales doivent fermer définitivement leurs portes au mois d'août. Une poignée d'employés sera transférée dans des succursales de Hawkesbury, Rockland et Casselman. 

La fermeture de succursales est chose particulièrement courante dans le canton d'Alfred-Plantagenet, ces dernières années. En deux ans, trois succursales ont plié bagage, soit la Banque RBC de Plantagenet, la Caisse populaire de Wendover et, maintenant, la Banque Nationale. 

La Cité de Clarence-Rockland a également écopé de cette vague de fermetures de succursales. En plus de la Banque Nationale à Bourget, les secteurs de Clarence Creek et Saint-Pascal-Baylon ont également perdu leur caisse populaire au cours des dernières années. 

Chaque fois, on justifie la fermeture par une baisse de l'achalandage liée à l'utilisation accrue des services bancaires en ligne. 

«C'est dommage de voir toutes ces banques fermer, a souligné le président des CUPR, Gary Barton. Ce n'est pas bon pour nos petites communautés. Moi, je suis encore de ceux qui aiment parler à une personne lorsqu'il est question de faire des affaires.» 

Les CUPR enverront prochainement une demande d'appui à l'Association des municipalités de l'Ontario afin que le gouvernement assure des services bancaires dans des communautés qui n'ont pas de succursale. 

« Les bureaux de poste seraient l'endroit idéal, parce que souvent, c'est tout ce qui reste dans des petites communautés aujourd'hui», a fait valoir la mairesse de Hawkesbury, Jeanne Charlebois.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer