• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > Budget fédéral Alternatif 2017: plus d'emplois dans la fonction publique 

Budget fédéral Alternatif 2017: plus d'emplois dans la fonction publique

Le Parlement d'Ottawa... (Simon Séguin-Bertrand, archives Le Droit)

Agrandir

Le Parlement d'Ottawa

Simon Séguin-Bertrand, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le gouvernement libéral devra ajouter des employés dans plusieurs ministères clés, s'il souhaite réaliser ses engagements pris dans le cadre du budget fédéral.

Dans le Budget fédéral alternatif 2017, un document de plus de 180 pages rendu public jeudi, le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA) exhorte le gouvernement fédéral à déposer un budget qui respecte ses promesses de réduire les inégalités des revenus et de stimuler la croissance, notamment par l'élimination des échappatoires fiscales et la création de 460 000 nouveaux emplois, ce qui ferait descendre à 6,4 % le taux de chômage du Canada. 

Dans un chapitre consacré aux services publics, l'économiste principal du CCPA, David MacDonald, soutient que l'engagement du gouvernement libéral de hausser les dépenses pour la fonction publique annoncé dans le budget 2016 ne s'est pas encore concrétisé. 

« Moins de 2000 fonctionnaires fédéraux ont été embauchés entre avril 2015 et avril 2016, un nombre très faible comparativement aux 24 000 emplois éliminés depuis 2010 par l'ancien gouvernement conservateur », indique M. Macdonald, rappelant que le nombre de fonctionnaires n'a augmenté que de 3,1 % entre 1983 à 2016, alors que la population canadienne augmentait de 43 %. « La fonction publique doit croître si le gouvernement veut répondre aux besoins des citoyens », ajoute-t-il.

À la Défense nationale, seulement 343 travailleurs avaient été réembauchés en avril 2016, après l'élimination de 4 337 postes depuis 2010. 

À l'Environnement, 1103 postes ont été éliminés, et le ministère n'avait créé aucun nouveau poste en avril 2016. 

C'est aussi le cas d'Emploi et Développement social, où seulement 605 des 3600 postes éliminés ont été rétablis.

Dans le dossier Phénix, le CCPA souligne que les effets négatifs d'une dotation déficiente sont encore plus évidents.

« Le gouvernement actuel reconnaît que ce fut une erreur de penser réaliser des économies en éliminant des postes dans ce cas précis. La nouvelle technologie est importante et peut aider les fonctionnaires à accomplir leurs tâches, mais elle ne remplace pas ceux qui assurent les services », rappelle l'économiste Macdonald.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer