• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > Torstar devra réfléchir à l'avenir de Star Touch, dit son patron sortant 

Torstar devra réfléchir à l'avenir de Star Touch, dit son patron sortant

Torstar a lancé le Star Touch dans l'espoir de revigorer... (CAPTURE D'ÉCRAN STAR TOUCH)

Agrandir

Torstar a lancé le Star Touch dans l'espoir de revigorer son empreinte numérique, dans un contexte où les journaux canadiens étaient confrontés au plongeon des revenus publicitaires.

CAPTURE D'ÉCRAN STAR TOUCH

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

TORONTO - Le chef de la direction sortant de l'éditeur Torstar croit que son remplaçant devra se demander combien d'argent il compte encore investir dans la version pour tablette électronique du «Toronto Star», qui espérait attirer plus de lecteurs à la suite de son lancement, il y a un an et demi.

David Holland a profité de la conférence téléphonique sur les plus récents résultats trimestriels de l'entreprise pour offrir des conseils à son successeur. Il doit prendre sa retraite dans deux jours.

Torstar a investi environ 25 millions $ dans l'application numérique «Star Touch» depuis septembre 2015, et compte investir encore entre 2 et 4 millions $ cette année.

«De toute évidence, mon successeur devra beaucoup réfléchir à ce sujet», a affirmé M. Holland. Torstar devrait bientôt dévoiler l'identité du nouveau patron.

Torstar a lancé le «Star Touch» dans l'espoir de revigorer son empreinte numérique, dans un contexte où les journaux canadiens étaient confrontés au plongeon des revenus publicitaires.

C'est l'un des rares groupes de presse au pays à avoir misé sur une édition pour tablette électronique. Cette application reprenait le modèle développé par «La Presse», «La Presse +», qui a remplacé sa version papier tous les jours de la semaine sauf le samedi.

M. Holland a noté que l'industrie des médias était beaucoup critiquée pour ne pas s'être suffisamment transformée en cette ère numérique. Dans cette perspective, même si le «Star Touch» n'a pas atteint les cibles de son équipe de direction, il n'a aucun regret.

«Au moins, je peux dire que nous avons essayé.»

Torstar tente toujours de trouver une façon d'avoir un meilleur contrôle sur l'édition pour tablette, a-t-il indiqué, et elle verra si elle peut réduire davantage ses coûts.

L'an dernier, l'éditeur a mis à pied plusieurs employés temporaires qui travaillaient sur l'application, une réduction de personnel attribuée à une augmentation de l'efficience de l'équipe.

Torstar a affiché mercredi un bénéfice net de 1,1 million $, soit 1 cent par action, pour les trois derniers mois de 2016. Il s'agissait de son deuxième bénéfice trimestriel consécutif. L'entreprise clôt l'ensemble de son exercice sur une perte nette de 74,84 millions $.

En 2015, Torstar avait réalisé une perte nette de 234,5 millions $, soit 2,91 $ par action, tandis que sa perte annuelle avait atteint 404,84 millions $.

Les revenus de Torstar ont glissé à 685,1 millions $ en 2016, incluant 188,4 millions $ au quatrième trimestre. En comparaison, le chiffre d'affaires de l'éditeur en 2015 avait été de 786,6 millions $, incluant 213,7 millions $ au quatrième trimestre.

Sur une base ajustée, Torstar a obtenu un bénéfice de 16 cents par action au plus récent trimestre, soit le double de ce qu'attendaient les analystes, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters.

Torstar détient un investissement dans La Presse canadienne dans le cadre d'une entente conclue conjointement avec une filiale du «Globe and Mail» et la société mère du quotidien montréalais «La Presse».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer