• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > Négociations en construction: la médiation est demandée 

Négociations en construction: la médiation est demandée

L'Association de la construction du Québec représente quelque... (Archives, La Presse)

Agrandir

L'Association de la construction du Québec représente quelque 17 000 employeurs dans ces secteurs institutionnel, commercial et industriel.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

MONTRÉAL - Les négociations pour le renouvellement des conventions collectives dans l'industrie de la construction s'annoncent décidément laborieuses cette année, du moins pour certains secteurs.

La Presse canadienne a appris que l'Alliance syndicale vient de demander la médiation pour les secteurs institutionnel, commercial et industriel.

Jointe au téléphone jeudi, l'Alliance syndicale a simplement confirmé qu'une demande de médiation avait été adressée au ministère du Travail. Elle n'a pas voulu commenter plus avant.

Cette demande de médiation provenant de la partie syndicale survient après que ce soit la partie patronale de ce secteur, l'Association de la construction du Québec (ACQ), qui eut demandé la conciliation, plus tôt ce mois-ci. Le ministère du Travail avait alors nommé une conciliatrice au dossier pour faciliter les discussions entre les parties.

L'Association de la construction du Québec représente quelque 17 000 employeurs dans ces secteurs institutionnel, commercial et industriel.

Les quatre conventions collectives dans l'industrie de la construction arriveront à échéance le 30 avril prochain.

La ministre du Travail, Dominique Vien, a écrit aux parties, il y a quelques mois déjà, pour exprimer son souhait que ces négociations se concluent par une entente et sans qu'il y ait de conflit de travail.

Il faut dire qu'avec ses 175 000 ouvriers dans ses différents secteurs, l'industrie de la construction est un acteur clé de l'économie dans toutes les régions du Québec. Et les présentes négociations se déroulent dans un contexte où l'industrie est confrontée à une baisse globale du nombre d'heures de travail, depuis le sommet qui avait été atteint en 2012.

Les discussions entre l'Alliance syndicale et l'ACQ sont mal parties. Dès la première rencontre, le 19 janvier dernier, un désaccord était survenu quant à la pertinence de signer ou non un protocole de négociation, ce qui avait abrégé la rencontre.

Les négociations semblent toutefois moins problématiques dans les autres secteurs de l'industrie de la construction, à savoir le résidentiel, avec l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation (APCHQ), de même que le génie civil et voirie avec l'Association des constructeurs de routes et grands travaux.

Une quatrième association patronale, l'Association des entrepreneurs en construction du Québec (AECQ), négocie pour sa part les clauses communes des conventions collectives pour tous les secteurs de l'industrie.

L'Alliance syndicale, pour sa part, regroupe les cinq organisations syndicales du secteur, à savoir la FTQ-Construction, le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International), le Syndicat québécois de la construction, la CSD-Construction et la CSN-Construction.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer