Miser sur la diversité

Le chef d'équipe et conseiller en emploi à... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

Le chef d'équipe et conseiller en emploi à La Relance, Jean Berchmans Hicintuka, encourage les employeurs à se tourner vers des personnes avec un handicap. «Les personnes handicapées sont engagées, très loyales et agréables», dit-il.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Libana Kassab

Collaboration spéciale

Le Droit

Percer le marché du travail n'est pas à la portée de tous. Les personnes vivant avec un handicap se retrouvent devant plusieurs difficultés quand arrive le temps de se trouver un emploi. Il existe pourtant des moyens pour les entreprises qui souhaitent intégrer ces candidats. Portrait d'une main-d'oeuvre oubliée.

Jean Berchmans Hicintuka est chef d'équipe et conseiller en emploi à La Relance. Depuis 1998, l'organisme offre le programme Service spécialisé de main-d'oeuvre (SSMO). 

«C'est un service qui s'adresse aux gens ayant des limitations fonctionnelles. Nous parlons ici de toutes limitations confondues : limitations physiques, intellectuelles ou auditives. Ça nous prend un rapport médical attesté par un médecin spécialisé. La limitation doit être permanente et significative», explique-t-il.

Comment fonctionne le programme?

La Relance propose aux entreprises plusieurs candidats ayant des limitations fonctionnelles lors d'un «job dating» organisé annuellement. Jean Berchmans Hicintuka explique que le but de cette activité est de permettre la rencontre entre les employeurs et les personnes handicapées. 

«Depuis plus de cinq ans, nous invitons une vingtaine d'employeurs à l'événement chaque année en Outaouais. Nous prévoyons en organiser un à Buckingham et à Maniwaki, si tout va bien au cours des prochaines années».

Pour les entreprises qui ne peuvent y participer, il est quand même possible de prendre part au programme en contactant les conseillers de La Relance.

Les avantages

Jocelyne Ntampaka (au centre) travaille depuis huit ans... (Martin Roy, Le Droit) - image 2.0

Agrandir

Jocelyne Ntampaka (au centre) travaille depuis huit ans au Buffet des continents, une embauche que le propriétaire du restaurant, Tony Priftakis (à gauche), n'a jamais regretté.

Martin Roy, Le Droit

Engager une personne handicapée offre l'occasion de s'engager socialement dans sa communauté en favorisant l'inclusion sociale. «Les entreprises auront la chance de découvrir un potentiel qui est jusque-là moins familier dans un contexte de pénurie. Les personnes handicapées sont engagées, très loyales et agréables», explique le conseiller en emploi.

Une aide financière

Des mesures et des subventions gouvernementales sont également offertes aux employeurs afin de les aider à intégrer des personnes vivant avec un handicap au sein de leur entreprise. 

«Nous sommes mandatés par le gouvernement du Québec pour offrir des Contrats d'intégration au travail (CIT). Ce contrat est un outil pour compenser le manque de productivité potentiel et les mesures d'encadrement pour les employés avec limitations», indique Jean Berchmans Hicintuka. 

Ce contrat permet de rembourser les dépenses de l'employeur dans quatre volets : le salaire, l'adaptation, la formation et le secrétariat. 

L'expérience de Tony Priftakis

Au Buffet des continents de Gatineau, le propriétaire Tony Priftakis n'a pas craint d'embaucher une personne handicapée. Il a pu bénéficier de l'aide des conseillers de La Relance pour adapter son milieu de travail aux personnes vivant avec des limitations. 

 «Il a fallu quelques semaines seulement pour intégrer les programmes de la Stratégie nationale pour l'intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale. Plusieurs organismes spécialisés nous ont aussi prêté main-forte pour nous assurer que nous étions sur la bonne voie», raconte l'entrepreneur.

Histoire à succès

Tony Priftakis relate avec fierté des histoires à succès dans son entreprise. «Depuis huit ans, Jocelyne Ntampaka occupe le poste d'hôtesse et de réceptionniste, bien qu'elle se déplace en fauteuil roulant. Le poste à l'accueil a été adapté pour faciliter son travail derrière le comptoir.»

Il cite aussi l'histoire de Jonathan Poulin-Desbiens, qui a travaillé durant quelques années au Buffet des continents. «Il a débuté à la plonge, puis à la cuisine avant d'accéder à un poste de commis-débarrasseur aux tables. Il était un employé loyal, remarquable et apprécié. Sourd et muet depuis la naissance, la messagerie texte s'est avérée un excellent moyen pour communiquer avec lui.»

Pour engager une personne handicapée

La meilleure façon de connaître les coûts reliés à l'embauche d'une personne handicapée est de contacter l'équipe de La Relance.  «Chaque cas est différent. L'employeur ne connaît pas les règles reliées à l'admissibilité du programme. Il est donc important de nous contacter», estime M. Hicintuka

Pour communiquer avec un membre de l'équipe de La Relance au sujet du Service spécialisé de main-d'oeuvre (SSMO), il faut composer le 819 770-6444.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer