Investir dans la victoire

Le président du Ottawa Sports and Entertainment Group,... (Patrick Woodbury, archives Le Droit)

Agrandir

Le président du Ottawa Sports and Entertainment Group, Jeff Hunt

Patrick Woodbury, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Byline Isabelle BriseboisLe Droit AffairesPATRICK WOODBURY, LeDroit
Marc Gauthier

Collaboration spéciale

Le Droit

Jeff Hunt a fait fortune dans le tapis mais aujourd'hui, c'est le sport qui occupe toute sa vie.

Le propriétaire du Rouge et Noir était d'ailleurs dans le gymnase en train de s'entraîner, au lendemain du défilé de la coupe Grey à Ottawa auquel assistaient 40 000 personnes. Pas de répit pour Jeff Hunt.

Au bout du fil, l'homme de 52 ans semble essoufflé. Un peu parce qu'il a levé de la fonte mais aussi parce qu'il est encore sous le coup de l'émotion : c'est la première fois depuis 40 ans qu'une équipe de football d'Ottawa remporte le prestigieux trophée.

« J'étais très ému de voir des admirateurs d'un certain âge pendant le défilé qui pleuraient tellement ils étaient fiers de nous. Ça me rappelait le temps où j'allais aux matchs des Rough Riders avec mon père. J'étais dévasté quand l'ancienne équipe de football d'Ottawa est disparue en 1996. Il y a une grande nostalgie de cette époque», se remémore Jeff Hunt, qui aujourd'hui peut se vanter d'avoir fait revivre ce club professionnel.

Du tapis au sport

Jeff Hunt préside en effet un groupe de cinq investisseurs qui ont investi à fond dans le sport à Ottawa. Ils sont propriétaires de l'équipe de hockey les 67' d'Ottawa, du club de soccer le Fury, de l'équipe de football le Rouge et Noir et ensemble, ils gèrent le stade du parc Lansdowne.

Originaire de Terre-Neuve, Jeff Hunt est arrivé à Ottawa en 1984. Il fonde une compagnie de nettoyage de tapis, Canway, qu'il fait grandir partout à travers le pays. Puis, il l'a vend en 1997. L'homme était alors libre de se consacrer à sa passion du sport. L'année suivante, il achète les 67' d'Ottawa et en l'espace de quelques années, il réussit à quintupler l'assistance et se rend plusieurs fois en finale de la coupe Memorial tout en remportant les grands honneurs en 1999.

Aujourd'hui, il partage donc la direction de trois équipes professionnelles dans la capitale avec son groupe d'investisseurs. «Eux, ce sont les experts dans le mortier. Moi, je suis la référence pour les questions sportives. Ensemble, on forme une belle équipe.»

Attirer la clientèle franco

Au fil des ans, ces trois clubs ont connu de grands succès, et ce, pour de multiples raisons, analyse Jeff Hunt. «L'ancien stade Frank-Clair était dans un état lamentable. Avec le nouveau stade Lansdowne, les amateurs sont ravis. Les propriétaires sont de la région et leur engagement est total. On a aussi fait de gros efforts pour attirer la clientèle francophone de la région, ce qui n'était pas le cas des anciens propriétaires de football, entre autres. On a pas juste fait de la publicité, on est allés dans la communauté, dans les écoles.»

La coupe Grey à Ottawa

De toute façon, le succès de l'entreprise, dit-il, c'est dans la victoire qu'on l'obtient. «La plupart des gens qui investissent dans le sport ont des intérêts financiers ailleurs. On ne cherche pas le profit avant tout.»

PHOTO MARTIN ROY LeDroit LE DROIT AFFAIRES Alexandre... - image 3.0

Agrandir

PHOTO MARTIN ROY LeDroit LE DROIT AFFAIRES Alexandre Gosselin de Glatfleter

«Notre défi maintenant c'est de rester alerte, d'éviter de s'asseoir sur nos lauriers. D'autant plus que l'an prochain, c'est à Ottawa qu'aura lieu le match de finale de la coupe Grey.»

A la fin de l'entrevue, Jeff Hunt s'en allait se préparer pour le banquet des vainqueurs de la coupe Grey, remporté alors qu'ils n'en était qu'à leur troisième saison dans la Ligue canadienne de football. Et le lendemain, une partie amicale de hockey, pour décompresser un peu!




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer