Les sports à l'ère numérique

La Sporthèque présente une offre variée de sports... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

La Sporthèque présente une offre variée de sports en salle, dont un centre d'entraînement.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Libana Kassab

Collaboration spéciale

Le Droit

Seul centre sportif de son genre en Outaouais, la Sporthèque fait bouger la région depuis maintenant 35 ans. La directrice générale Élaine Dupras a su combiner plusieurs passions en étant à la tête de l'entreprise en conditionnement physique située sur la rue Jean-Proulx à Gatineau.

Infirmière de profession, Élaine Dupras vit sa carrière entre deux établissements qui lui sont chers : l'Hôpital de Gatineau et la Sporthèque. «À un moment donné, j'ai fait un virement pour retourner travailler comme infirmière. Après, j'ai été gestionnaire dans un hôpital pendant quelques années et durant le temps des fusions des hôpitaux, j'ai eu l'occasion d'aider dans la gestion. Un an plus tard, on m'a offert un poste de directrice adjointe que j'ai gardé pendant sept ans. » La jeune femme d'ambition décide à cette époque de revenir à la Sporthèque pour aider dans l'élaboration des logiciels comptables et d'abonnements du centre sportif. «On m'a offert de rester comme actionnaire, raconte-t-elle, puis quand le directeur général de l'époque a quitté ses fonctions, on m'a offert son poste. C'est comme ça que je suis devenue directrice générale.»

Dès son entrée en poste, Élaine Dupras a tout de suite voulu aménager une piscine intérieure, gage d'une hausse marquée de la clientèle selon la femme d'affaires. «Quand je suis arrivée en poste à la Sporthèque, j'ai dit à Larry Green, le directeur général de l'époque, pourquoi il n'y a pas de piscine intérieure ? Si tu veux être un centre familial, il faut que tu puisses desservir autant ta clientèle avec des enfants, que les personnes âgées. Il y a beaucoup moins d'activités que tu peux offrir à ces clientèles en dehors de la piscine.»

Aujourd'hui, la Sporthèque offre une variété de services. «Nous avons la piscine, l'aquaforme, le bain libre, les camps de jour, le tennis, le bootcamp, le squash et un gym en haut, énumère Élaine Dupras. Nous avons aussi du yoga, du Pilates et des services de nutrition.»

35 ans d'agrandissements

La Sporthèque a vécu une dizaine d'agrandissements depuis sa création. «En 1981, cinq investisseurs ont bâti la Sporthèque. À l'époque, il y avait des terrains de tennis, de racquetball, un petit gym et le bistro, raconte la directrice. Au fil des années, nous avons réalisé plusieurs changements, dont la création d'une salle d'aérobie et l'ajout de terrains de squash.» 

Abonnements à la carte

Seul centre sportif de son genre en Outaouais, la... (Patrick Woodbury, Le Droit) - image 3.0

Agrandir

Patrick Woodbury, Le Droit

L'impressionnante superficie de la Sporthèque n'est pas le seul aspect attrayant du centre. Élaine Dupras rappelle que l'offre de la Sporthèque est adaptée à tous les âges, mais aussi à tous les budgets. En effet, la Sporthèque a su innover en proposant une solution de rechange aux fameux abonnements mensuels fixes. «Nous avons décidé de garder le service d'abonnement, mais nous avons ajouté un modèle communautaire semblable aux villes, c'est-à-dire des programmes où tu peux t'inscrire à une session ou à un cours.» L'idée n'était pas très populaire lors de son implémentation dans les années 1990. 

Et pourtant, Élaine Dupras raconte que cette nouveauté a sauvé l'entreprise lors de situations économiques précaires. «Les années où les gens ne voulaient pas s'engager parce que la situation économique était trop difficile, nos programmes étaient beaucoup plus populaires. En ce moment, c'est l'inverse, nos abonnements sont plus populaires.»

Que réserve l'avenir ?

Avec près de 90 000 pieds carrés, la Sporthèque a aujourd'hui atteint sa capacité maximale. «On est saturé en matière de pieds carrés au 72 rue Jean-Proulx.» Ce sont donc les services web qui feront leur apparition prochainement. «Il n'y aura plus de frontière pour accéder aux services client. Tu pourrais visualiser une classe de yoga en ligne, accéder à ton entraînement en ligne, etc. On se dirige vers ça.»

Un service pour les entreprises

Les entreprises de la région pourront également bénéficier des services et des conseils d'un entraîneur directement dans leur lieu de travail. «On entend souvent les gens dire qu'ils n'ont pas le temps de s'entraîner. Alors, on s'est dit que si vous n'avez pas le temps de venir chez nous, on va venir chez vous.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer