L'importance d'innover

La présidente de Groupe Vision management consulting, Diane...

Agrandir

La présidente de Groupe Vision management consulting, Diane Desaulniers

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Geneviève Turcot

Collaboration spéciale

Le Droit

«Le fait d'être dans les affaires exige de pouvoir se remettre en question, d'être flexible et de s'adapter au marché», explique avec un grand sourire cette ancienne fonctionnaire, qui dit avoir trouvé sa place dans le secteur privé.

Mais elle n'a pas attendu les «bons de commande» pour développer son entreprise. «Une des choses que j'aime d'être en affaires est la possibilité d'innover. J'ai la possibilité de créer la vague plutôt que de l'attendre.» En 2004, elle a publié Abracadabra, comment se transformer en un bon gestionnaire et un grand leader, ouvrage pour lequel elle a été finaliste au Prix d'excellence du livre d'affaires. Elle a aussi développé un atelier sur la mise en mise oeuvre de la Loi sur les langues officielles à l'intention des institutions fédérales.

Brasser des affaires dans la capitale fédérale a certes ses avantages, comme la proximité avec l'appareil gouvernemental. Mais cette même proximité peut devenir aussi un rapidement un frein. «Lorsqu'il y a rumeurs d'élections, on dirait que tout ferme : il y a un gel sur le recrutement ainsi que sur les nouveaux marchés», souligne l'entrepreneure.

Choisir ses batailles

«Le fait d'être dans les affaires exige de... (Patrick Woodbury, Le Droit) - image 2.0

Agrandir

Patrick Woodbury, Le Droit

Femme de tête, Diane Desaulniers adore s'impliquer dans sa communauté. Elle a été présidente de l'Association canadienne-française de l'Ontario (ACFO) Ottawa-Carleton de 1995 à 1997, coprésidé le Comité de citoyens sur la gestion publique dans Ottawa-Carleton, en plus de siéger, entre autres, au conseil d'administration de la Caisse populaire Trillium Inc. Elle a fait même un saut du côté des médias avec une émission d'affaires sur les ondes de Rogers, en plus de parler de leadership au micro d'Unique FM. «C'est évident que tous ces mandats aident à créer une certaine notoriété, à rencontrer des gens, de futurs clients, mais à chaque fois, je retombais en mode redémarrage de mon entreprise. J'ai appris à trouver un meilleur équilibre», poursuit Diane Desaulniers, qui étudie à temps partiel en histoire et en sciences politiques à l'Université d'Ottawa. «Pour moi, c'est primordial d'être toujours dans un processus d'apprentissage et ce contact avec de jeunes étudiants me permet de mieux comprendre leur perspective.»

L'avenir

Au cours des prochaines années, Diane Desaulniers souhaite miser davantage sur son volet de planification stratégique et de formation en leadership de l'entreprise. «Je ne vois pas vraiment de retraite à l'horizon!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer