Occasions d'affaires avec le O-train

OC Transpo cherche à développer des espaces commerciaux dans quatre stations de... (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Geneviève Turcot

Collaboration spéciale

Le Droit

OC Transpo cherche à développer des espaces commerciaux dans quatre stations de sa Ligne de la Confédération de l'O-Train, soit Blair, Hurdman, Rideau et Tunney's Pasture. Plus que des dépanneurs, l'organisme mise sur une offre alimentaire plus variée et souhaite voir des entreprises d'ici prendre le flambeau.

La Commission du transport en commun a approuvé le mois dernier une nouvelle stratégie visant les utilisations de vente au détail et les utilisations commerciales et non commerciales pour ses stations de transport en commun. OC Transpo a fait ses devoirs et étudié ce qui se faisait dans les dix autres grands systèmes de transport en commun en Amérique, que ce soit à Montréal, Toronto ou New York. 

Cette étude a mené à l'élaboration d'une stratégie qui guidera la sélection des utilisations des espaces de vente, explique Pat Scrimgeour, directeur de la planification et services à la clientèle du transport en commun chez OC Transpo. Ces nouveaux espaces commerciaux, qui compteront entre 18 et 34 mètres carrés, doivent apporter un plus à l'expérience des utilisateurs. Les futurs locataires doivent aussi s'engager à assurer une présence humaine dans les stations afin de fournir des services. Le potentiel économique est intéressant. Une station comme Tunney's Pasture voit passer plus de 10 000 fonctionnaires par jour, rappelle le directeur.

Offre variée

Au-delà de l'incontournable combo pâtisserie-café, OC Tranpo a retenu plusieurs exemples intéressants qui pourraient être dupliqués dans son réseau. C'est le cas du distributeur de produits de pharmacies à l'aéroport Lester B. Pearson de Toronto ou encore les boutiques éphémères (pop-up) de fleurs ou les services d'un nettoyeur. L'étalage virtuel de produits à la gare Union de Toronto a aussi attiré l'attention des dirigeants. La société de transports souhaite aussi recevoir des propositions d'entreprises locales.

Appel à une société de gestion

«OC Transpo est d'abord et avant tout une société de transport en commun, on ne se spécialise pas dans la gestion et la commercialisation de biens commerciaux», poursuit Pat Scrimgeour. L'organisme sollicitera l'aide d'une société de gestion externe pour finaliser les normes, l'aménagement, la location des espaces et en dernier lieu, la gestion des locataires. Un peu plus de la moitié des sociétés de transport en commun étudiées ont d'ailleurs confié la gestion de ses espaces de vente à une entreprise de gestion externe.

Coûts minimes

La ville d'Ottawa n'envisage pas d'engendrer des recettes nettes avec la location de ces espaces commerciaux. Elle souhaite plutôt opter pour un modèle engageant des coûts minimes. Les loyers trop hauts limiteraient le type de commerce et de services qui seraient offerts. Les politiques actuelles dans les stations d'OC Transpo interdissent la vente d'alcool, de produits du tabac, tout comme l'utilisation d'une friteuse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer