Les nouvelles économiques, en bref

Les nouvelles économiques du jour, en quelques mots. (Archives, Le Soleil)

Agrandir

Archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Les nouvelles économiques du jour, en quelques mots.

Gatineau veut sa part du gâteau

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, a présenté... (La Presse canadienne) - image 3.0

Agrandir

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, a présenté son budget, mardi.

La Presse canadienne

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, promet d'être «agressif» pour obtenir des subventions dans le cadres des investissements annoncés mardi par le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão.

«Il faut qu'on ait notre part du gâteau, insiste le maire. On est très agressif quand vient le temps d'aller chercher des subventions.»

Mardi, le ministre Leitão a notamment annoncé, lors d'une mise à jour économique, l'injection de 400 millions$ supplémentaires dans le Plan québécois de infrastructures 2017-2027, de même qu'un investissement de 100 millions$ par année «pour stimuler l'économie dans toutes les régions du Québec».

Il est toutefois difficile pour le maire, pour l'instant, de dire pour quels projets Gatineau pourrait présenter de nouvelles demandes de subventions, et si le plan de redéploiement des arénas pourrait en profiter.

«On a le plan directeur pour l'ensemble de nos infrastructures, et il faudra voir quel projet est prêt à ce moment-là, a mentionné M. Pedneaud-Jobin. On investit déjà, nous, dans des terrains synthétiques et tout ça, donc je  ne veux pas m'avancer trop vite, parce qu'on n'a pas le programme devant nous et ses critères, [...] mais c'est clair qu'on va garder la même attitude et qu'on va être extrêmement agressif pour aller chercher des subventions. On sait que juste chez nous, c'est 1,3 milliard$ de rattrapage qu'on a à faire, et on ne va pas faire ça seuls, juste avec la taxe foncière des Gatinois.»

L'enveloppe pour le développement de l'économie peut aussi être intéressante pour l'Outaouais, notamment pour tout ce qui touche l'industrie forestière, croit M. Pedneaud-Jobin. «L'industrie du bois, c'est un problème dans le monde rural, mais c'est aussi un problème chez nous, on veut consolider Résolu», a-t-il souligné.

Travail «en harmonie» pour la Place des peuples

Le projet Place des peuples... (Courtoisie, Brigil) - image 5.0

Agrandir

Le projet Place des peuples

Courtoisie, Brigil

Le grand patron de Brigil, Gilles Desjardins, reste «optimiste» quant à l'avenir de son projet Place des peuples au centre-ville de Gatineau.

M. Desjardins a indiqué, mercredi, que son projet de tours de 35 et 55 étages près du Musée canadien de l'histoire n'a toujours pas été officiellement déposé auprès de la Ville de Gatineau. Il affirme toutefois travailler «très fort en harmonie» avec la municipalité dans ce dossier. «Je suis très optimiste qu'on va garder une bonne harmonie et qu'on va trouver un terrain d'entente», a-t-il mentionné.

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin, qui a déjà émis certaines réticences au sujet du projet de Brigil en raison du caractère patrimonial du quartier, affirme pour sa part que «la réflexion continue» pour la Ville. «On a les mêmes préoccupations chacun de notre côté, a souligné le maire. On a, je dirais, chacun le même amour de Gatineau, on veut que les choses avancent, on veut qu'il y ait des investissements, on veut qu'il y ait des projets, et il faut essayer de se retrouver un projet où tout le monde s'entend et il n'y a rien de mieux que le dialogue, donc ça continue, la réflexion se fait des deux côtés.»

Un premier immeuble LEED pour le Groupe Heafey

Le Groupe Heafey a déjà prévenu qu'il remettrait... (Courtoisie) - image 7.0

Agrandir

Le Groupe Heafey a déjà prévenu qu'il remettrait ses projets au centre-ville en question si le programme de crédits de taxes devait disparaître.

Courtoisie

L'immeuble Le WE du Groupe Heafey devient le tout premier bâtiment résidentiel construit par l'entreprise privée dans le centre-ville à obtenir sa certification LEED.

Le vice-président du Groupe Heafey, Charles Masse, affirme que c'est à la suite d'un défi lancé par le maire Maxime Pedneaud-Jobin, dont le conseil venait d'adopter une bonification du crédit de taxes dans le centre-ville en novembre 2014, que sa société a voulu passer à l'action. «Le VIU n'a pas de certification LEED et le maire ne s'était pas gêné pour nous le souligner, mais la nouvelle mouture du crédit de taxes et les améliorations que cela a amenées pour encourager les constructions LEED ont fait en sorte qu'il devenait plus rentable pour nous de faire des efforts en ce sens et nous avons relever le défi du maire.»

Les investissements de nature durable qui ont été faits au WE permettent aujourd'hui à l'immeuble d'avoir une certification LEED «argent». M. Masse admet que cela vient avec des investissements supplémentaires de plusieurs centaines de milliers de dollars, mais il se dit convaincu qu'il s'agit d'un argument de vente à ne  pas négliger, surtout pour un immeuble locatif. «Ça aura des impacts, par exemple, sur la facture de chauffage des locataires, dit-il. Ce sont des choses qui comptent lorsqu'on se magasine un logement.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer