La fibre entrepreneuriale

Le présidente de Sentinelle Santé, Mylène Chaumont... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le présidente de Sentinelle Santé, Mylène Chaumont

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« C'est le goût du risque, répond du tac au tac la trentenaire quand on lui demande pourquoi elle a choisi le monde entrepreneurial. Quand t'es en affaires, tu sautes dans le vide sans filet et c'est ce que j'aime. »

S'il y a un élément dont Mylène Chaumont est fière depuis qu'elle se trouve derrière le gouvernail de la clinique médicale, c'est le fait d'avoir gardé la PME au goût du jour.

« Quand tu es une relève, l'important c'est de renouveler l'entreprise et d'innover. Si tu innoves pas, l'entreprise va devenir désuète. Ici, on ne remplacera jamais le système de santé. Nous sommes un complément et le défi reste de continuellement chercher ce qu'on peut offrir au patient qu'il ne peut pas trouver dans le réseau public », explique l'entrepreneure.

Le groupe dirigé par la femme d'affaires qui soufflera ses 40 bougies en novembre compte aujourd'hui 11 employés à son bord. Les opérations de l'entreprise sont divisées équitablement entre médecine du travail et médecine familiale privée. C'est sans compter les 200 à 300 dossiers médicaux reliés au volet corporatif qui sont traités tous les ans par le groupe de professionnels.

Donner l'exemple

Si elle apprécie la flexibilité des horaires et le « challenge » quotidien associés aux fonctions de chef de PME, la présidente Mylène Chaumont aime surtout pouvoir conseiller et échanger avec la relève entrepreneuriale. Elle a d'ailleurs joué le rôle de mentore pour le Chambre de commerce de Gatineau pendant quelques années.

« C'est le goût du risque, répond du tac au tac la... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Patrick Woodbury, LeDroit

« C'est un privilège d'être en affaires, mais je vois ça surtout comme un moyen de parler aux jeunes, de m'impliquer et d'être une influenceure, fait-elle remarquer. On a tellement besoin de la relève. »

Le projet de franchises que souhaitait déployer Sentinelle Santé à travers le Canada, il y a quelques années, est actuellement sur la glace. L'entreprise souhaite d'abord et avant tout optimiser ses installations de Gatineau.

« Les lois sont différentes partout au Canada et trouver les ressources n'est pas une chose simple. Pour l'instant, la priorité est de maximiser les ressources à l'interne et de faire en sorte que les médecins et infirmières travaillent de plus en plus en collégialité ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer