La mission franco du RDÉE

Le directeur général du RDÉE Ontario, Pierre Tessier... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le directeur général du RDÉE Ontario, Pierre Tessier

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Geneviève Turcot

Collaboration spéciale

Le Droit

Partir en affaires en Ontario, ça peut ressembler au parcours du combattant pour un entrepreneur francophone. Il existe bel et bien plusieurs ressources, mais encore faut-il savoir à quelles portes cogner. C'est là qu'intervient l'équipe de Réseau de développement économique et employabilité (RDÉE) Ontario.

Le RDÉE Ontario s'est doté d'un mandat qui va au-delà de l'aide à la création d'entreprise. Membre du Réseau national RDÉE Canada, le chapitre ontarien est un agent de liaison, voire un vulgarisateur, entre les entrepreneurs de petites et moyennes entreprises et les différentes institutions gouvernementales. Mentorat, consultation, création d'entreprises traduction, immigration; le RDÉE offre un accompagnement personnalisé aux entrepreneurs francophones. 

«Les entreprises de 10 employés et moins forment l'essentiel de notre clientèle», explique Pierre Tessier, directeur général de RDÉE Ontario, qui avant de prendre les rênes de cette organisation, a cumulé plus de 45 années d'expérience en éducation, mais aussi en développement organisationnel et ce, tant au niveau municipal que provincial. Installé à Orléans, RDÉE Ontario se rapprochera bientôt du centre-ville puisque l'organisme s'installera prochainement dans de nouveaux bureaux dans le quartier Vanier.

«Il existe déjà beaucoup de ressources et de programmes en anglais, mais pour les entrepreneurs francophones, ce n'est pas toujours évident de s'y retrouver. Nous sommes là pour faire les liens nécessaires», poursuit Pierre Tessier, qui avec son équipe, travaille à mettre sur pied une plate-forme virtuelle, l'Espace entrepreneur. Ce site interactif regroupera sous un même toit des experts, des mentors, des formations ainsi que des ressources pratiques pour mener à terme le développement d'une entreprise. «Nous voulons vraiment offrir une boîte à outils complète. Présentement, nous offrons des services cas par cas, mais nous ne pouvons pas prétendre avoir des personnes-ressources dans tous les domaines. Avec ce site, nous allons être en mesure d'atteindre de meilleurs résultats en offrant des services encore plus complets», poursuit Pierre Tessier, qui prévoit le lancement de cette plateforme en 2017. 

Entre 2009 et 2012, RDÉE Canada a appuyé plus de 20 000 entrepreneurs francophones à travers le pays, contribué à la création de 2 700 emplois, engendrant au passage des retombées économiques de l'ordre de 100 millions de dollars. À l'échelle nationale, le Réseau compte plus de 160 conseillers et experts. « Nous pourrions doubler le nombre de nos conseillers, tellement le besoin est grand. »

Place à la relève

Impossible pour Pierre Tessier de renier son passé d'enseignant quand il parle de l'une des autres grandes orientations de son organisme : le développement de la relève. «En effet, c'est le prof en moi qui prend là-dessus !» avoue-t-il dans un éclat de rire, avant de poursuivre sur l'importance de développer la fibre entrepreneuriale, et ce, dès le secondaire. Il existe déjà des programmes de sports-étude ou encore des programmes qui marient les arts avec le curriculum scolaire. Le RDÉE s'est inspiré de cette formule pour créer l'Académie d'entrepreunariat jeunesse. En s'associant avec des conseils scolaires, le RDÉE Ontario souhaite mettre en place des programmes qui vont permettre aux jeunes diplômés de 12e année d'avoir en main les outils nécessaires pour développer leur propre entreprise ou encore de poursuivre leurs études dans ce domaine. 

 «Nous avons fait un projet pilote dans la région de Peel-Halton et la réponse a été incroyable», souligne M. Tessier, qui croit qu'un tel programme est encore plus que nécessaire en milieu minoritaire. 

Favoriser l'immigration francophone

Actif depuis 2001, le RDÉE Ontario a aussi développé une expertise pour répondre aux besoins de main‑d'oeuvre des entrepreneurs en favorisant l'immigration de talents francophones qualifiés. «Nous avons une équipe qui va rencontrer les candidats avant même leur arrivée au Canada afin de les préparer, tandis que nous avons d'autres conseillers qui travaillent ici avec les employeurs francophones et bilingues afin de les inciter à embaucher des immigrants francophones. »

Présentement, le RDÉE ne réussit pas à répondre à la demande. 

Économie Verte

Pierre Tessier ne s'en cache pas, il s'inspire fortement des initiatives déjà existantes dans la francophonie pour développer les outils de RDÉE Ontario. «Il n'est pas question de réinventer la roue. S'il y a des choses qui fonctionnent déjà bien ailleurs, pourquoi ne pas créer des partenariats ? Notre objectif est de mettre le maximum de ressources et d'outils à la disposition des entrepreneurs.» Dans ce même esprit de collaboration, RDÉE Ontario a choisi de reprendre l'initiative Éco‑Ouest, mise sur pied au Manitoba. L'objectif d'Éco‑Ouest est d'aider les municipalités à mettre en place des programmes afin de réduire les gaz à effets de serre. Pour le directeur général, il y a là des opportunités de développement économique importantes. 

Un protocole d'entente avec l'Association française des municipalités de l'Ontario (AFMO) est d'ailleurs sur la table de travail afin de faciliter le développement d'Éco‑Ouest.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer