Oubliez la retraite

Trop d'intervenants en relève d'entreprise associent la relève à la retraite.... (Photo 123rf/ rido)

Agrandir

Photo 123rf/ rido

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claude Savoie

Collaboration spéciale

Le Droit

Trop d'intervenants en relève d'entreprise associent la relève à la retraite. Beaucoup d'entrepreneurs se laissent prendre à cette association d'idées et attendent d'avoir « l'âge de la retraite » pour commencer à penser à leur relève. Quel est l'âge de la retraite ? 50 ans ? 65 ans ? 80 ans ?

L'âge de la retraite est pour certains, le moment de notre vie où nous devons arrêter pour des raisons de santé. Pour d'autres, il s'agit de pouvoir se réaliser autrement. Or un entrepreneur se réalise d'abord par son entreprise, l'entreprise est l'oeuvre de sa vie, sa réussite, son identité. Il ne songera pas à la retraite avant d'éprouver de sérieux problèmes de santé. Associer la relève et la retraite est une des causes du taux d'échec dans les processus de relève. Assurer la relève de son entreprise nécessite une démarche qui dure de cinq à dix ans...et plus.

Le « Fondateur », pour y parvenir, devra planifier quatre transferts différents : un transfert de direction, un transfert de pouvoir, un transfert de savoir et un transfert de propriété. Cette planification est complexe, car les questions sont nombreuses et les émotions interviennent constamment, il faudra accepter de «perdre du pouvoir». Cependant, un propriétaire d'entreprise est généralement sûr de lui, ses succès découlent de son pouvoir et sans lui l'entreprise risque de disparaître. Il ne veut surtout pas renoncer à son pouvoir et attendra tant qu'il pourra, tant que sa santé le lui permettra.

Quand les problèmes de santé viendront inévitablement, il sera trop tard pour mettre en marche un processus de transition étalé sur dix ans, il précipitera les choses en transférant la propriété et n'aura pas le temps de mettre sur pied les transferts de direction, de savoir et de pouvoir. Ce qui explique un taux d'échec qui atteint 70 %, selon la Fondation de l'Entrepreneurship.

Pour réussir sa relève et assurer la pérennité de son entreprise, il est essentiel que le propriétaire s'engage dans un processus long et complexe. L'entrepreneur devra s'y investir avec toute son énergie, il devra avoir une vision pour les dix ou vingt prochaines années, identifier les moyens d'y parvenir, se connaître comme personne et comme chef d'entreprise, imaginer son entreprise dans l'avenir et l'environnement commercial, légal et sociologique en émergence. Il devra identifier l'équipe de relève, transférer graduellement la direction et le pouvoir, quitter les opérations et apprendre à devenir un « président ». Il devra passer d'un rôle d'homme orchestre à celui de chef d'orchestre.

Tous ces changements sont difficiles, demandent du temps, du courage et de l'énergie.

Claude Savoie est président de Dixit Coaching, membre du Groupe Relève Québec et Mentor (Diamant) pour le réseau M de la Fondation de l'entrepreneurship.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer