• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > Les chauffeurs de taxi torontois manifestent contre Uber 

Les chauffeurs de taxi torontois manifestent contre Uber

Des centaines de chauffeurs de taxi ont pris d'assaut des rues du centre-ville... (Eric Risberg, Archives AP)

Agrandir

Eric Risberg, Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Diana Mehta
La Presse Canadienne

Des centaines de chauffeurs de taxi ont pris d'assaut des rues du centre-ville de Toronto, mercredi, pour protester contre le service d'autopartage Uber et appeler la Ville à renforcer ses règlements.

Le mouvement de protestation, qui a paralysé certaines routes principales pendant plusieurs heures, mercredi, a suscité les critiques de plusieurs citoyens et a amené le maire John Tory à appeler à la fin de ce «types d'activités perturbatrices et dangereuses».

La Ville travaille actuellement sur de nouvelles réglementations pour les services comme celui d'Uber, mais les chauffeurs de taxi affirment que les règlements actuels signifient que les services comme Uber fonctionnent dans l'illégalité.

Uber a soulevé l'ire de l'industrie du taxi, qui soutient que ses affaires ont décliné avec l'arrivée de ce concurrent non enregistré et offrant des prix moindres.

M. Tory a fait valoir que ce genre de manifestations n'accéléreraient pas le travail sur les nouvelles réglementations, et que ces activités devaient cesser.

Le maire a dit avoir déjà été «saisi du sentiment d'urgence au nom des chauffeurs de taxi» d'implanter de nouvelles règles, et a assuré qu'il s'enquérait des avancées auprès du personnel de la Ville presque chaque jour.

«À ceux qui manifestent aujourd'hui, nous vous entendons, nous accomplissons notre travail, a-t-il affirmé. Bloquer des routes et mettre le public en danger et possiblement bloquer des véhicules d'urgence, compromettre la sécurité des policiers, des citoyens et leur propre sécurité, ce n'est pas une manière acceptable d'exprimer ses inquiétudes.»

M. Tory a déjà dit que bien qu'Uber fonctionne hors du cadre réglementaire, il ne serait pas possible de consacrer l'attention nécessaire en termes de règlements et de forces de l'ordre pour mettre fin au service entièrement.

Toronto, tout comme Ottawa et Montréal, a mis à l'amende certains chauffeurs du service Uber.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer