• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > Train à vapeur: la MRC Papineau veut être remboursée 

Train à vapeur: la MRC Papineau veut être remboursée

La MRC Papineau demande à la CCFO d'être... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

La MRC Papineau demande à la CCFO d'être remboursée pour l'argent investi dans le dossier du train à vapeur.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si la MRC Papineau devait être remboursée pour son implication financière dans la tentative de relance du train à vapeur touristique, ce sera aux bailleurs de fonds de la Compagnie de chemin de fer de l'Outaouais (CCFO) de décider une fois que la locomotive sera vendue, affirme la présidente de la CCFO, Louise Boudrias.

Près d'un mois après l'annonce de l'abandon du projet de relance, la préfète de la MRC Papineau, Paulette Lalande, est sortie de son mutisme, mercredi soir, lors de la séance du conseil des maires, écorchant au passage Tourisme Outaouais pour ne pas avoir appuyé le trajet initial.

«Tourisme Outaouais n'a même pas eu la décence de reconnaître le projet initial. La journée où ç'a été annoncé, alors que nous étions tellement fiers que ce soit nous, on nous a dit que ça devait être Plaisance-Montebello», a lancé Mme Lalande.

Elle a également réclamé à la CCFO que son gouvernement régional soit remboursé pour l'argent qu'il a investi dans le dossier. «Ce sont 200 000$ que la MRC Papineau a mis depuis quatre ans, avec le CLD Papineau. Ces 200 000$, il faudra qu'on les ait quand le train sera vendu», a-t-elle déclaré devant les maires.

Boudrias «surprise»

Appelée à réagir à la sortie publique de la préfète, Louise Boudrias s'est dite «surprise» par les commentaires de Mme Lalande. La présidente de la CCFO a indiqué au Droit, jeudi, que la somme demandée par la MRC n'était pas exacte.

«La plus grande partie de l'argent qui a été dépensée par la MRC a été dépensée avant que le projet soit sélectionné par le comité de la CCFO, mais ce n'est pas 200 000$. La CCFO n'avait pas choisi ce projet il y a quatre ans», a-t-elle dit.

Et de toute manière, ce n'est pas à la CCFO de trancher sur cette question, a ajouté Mme Boudrias. «Nos protocoles d'entente disent que si le train ne revient pas dans un corridor en Outaouais, ce sont nos bailleurs de fonds qu'on doit rembourser. Si le train est vendu, la MRC devra faire ses demandes aux bailleurs de fonds. Nous, on n'a aucun pouvoir sur cet argent.»

La Ville de Gatineau, les municipalités de La Pêche et Chelsea, Tourisme Outaouais, Tourisme Québec et l'ancienne Conférence régionale des élus de l'Outaouais avaient participé à l'achat de la locomotive et de ses wagons en 2011, au coût de 550 000$.

Mme Boudrias estime que l'investissement de la MRC Papineau faisait partie des risques associés au projet. 

Des conditions non respectées

Tourisme Outaouais refuse pour sa part de prendre le blâme pour l'échec du projet.

La présidente de l'organisme, Manuela Teixeira, dit comprendre la déception de la préfète, mais réitère que l'enveloppe de 50 000$ qui était réclamée par la Corporation du train touristique Gatineau-Montebello était rattachée à des conditions précises.

Le comité de relance devait notamment présente un trajet de moins de 90 minutes, s'assurer que les instances gouvernementales permettraient l'utilisation des rails pour le parcours prévu et confirmer l'ensemble du financement prévu pour le projet.

«C'est important pour nous de gérer les fonds publics de façon responsable. Il y avait des critères qui avaient été énoncés depuis longtemps et les critères n'étant pas respectés, nous on ne pouvait pas donner l'argent. C'est très simple, il n'y a rien de compliqué là-dedans», a commenté Mme Texeira.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer