Brigil dévoile sa Place des peuples «2.0»

  • L'architecte Douglas Cardinal a dévoilé le fruit de son travail, jeudi. (Courtoisie)

    Plein écran

    L'architecte Douglas Cardinal a dévoilé le fruit de son travail, jeudi.

    Courtoisie

  • 1 / 7
  • L'architecte Douglas Cardinal a dévoilé le fruit de son travail, jeudi. (Courtoisie)

    Plein écran

    L'architecte Douglas Cardinal a dévoilé le fruit de son travail, jeudi.

    Courtoisie

  • 2 / 7
  • L'architecte Douglas Cardinal a dévoilé le fruit de son travail, jeudi. (Courtoisie)

    Plein écran

    L'architecte Douglas Cardinal a dévoilé le fruit de son travail, jeudi.

    Courtoisie

  • 3 / 7
  • L'architecte Douglas Cardinal a dévoilé le fruit de son travail, jeudi. (Courtoisie)

    Plein écran

    L'architecte Douglas Cardinal a dévoilé le fruit de son travail, jeudi.

    Courtoisie

  • 4 / 7
  • L'architecte Douglas Cardinal a dévoilé le fruit de son travail, jeudi. (Courtoisie)

    Plein écran

    L'architecte Douglas Cardinal a dévoilé le fruit de son travail, jeudi.

    Courtoisie

  • 5 / 7
  • L'architecte Douglas Cardinal a dévoilé le fruit de son travail, jeudi. (Courtoisie)

    Plein écran

    L'architecte Douglas Cardinal a dévoilé le fruit de son travail, jeudi.

    Courtoisie

  • 6 / 7
  • L'architecte Douglas Cardinal a dévoilé le fruit de son travail, jeudi. (Courtoisie)

    Plein écran

    L'architecte Douglas Cardinal a dévoilé le fruit de son travail, jeudi.

    Courtoisie

  • 7 / 7

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le projet Place des peuples de Brigil, au centre-ville de Gatineau, consiste encore en deux tours multifonctionnelles de 35 et 55 étages. Mais pour le reste, il a changé considérablement.

L'entreprise présentait la nouvelle mouture de son projet, jeudi soir.

Le fruit des travaux de l'architecte Douglas Cardinal a été dévoilé au public lors d'un événement célébrant le 30e anniversaire de Brigil. Les invités ont pu assister à un breffage technique - sous embargo - en après-midi, tout comme certains représentants de la Ville de Gatineau, dont le chef de cabinet du maire, Melvin Jomphe, et le conseiller de Touraine, Denis Tassé.

Le président et fondateur de Brigil, Gilles Desjardins, affirme qu'à la suite des commentaires du public recueillis, le projet a «évolué». L'allure des gratte-ciel a définitivement été transformée.

Le président et fondateur de Brigil, Gilles Desjardins... (Etienne Ranger, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Le président et fondateur de Brigil, Gilles Desjardins

Etienne Ranger, LeDroit

L'ex-conseiller de la Ville de Hull, Claude Bonhomme, avait qualifié le premier design «d'architecture marshmallow», il devra trouver un nouveau qualificatif s'il souhaite critiquer le projet.

Le nouveau concept prévoit des tours plus minces dans les premiers étages. Selon M. Cardinal, c'est pour limiter l'ombre créée sur le quartier environnant et permettre un «maximum d'ensoleillement». Pour l'architecte, le projet est une «sculpture de verre, comme un chandelier».

Une base liant les deux bâtiments a également été ajoutée au projet. Cette section de l'édifice n'est pas sans rappeler son voisin d'en face, le Musée canadien de l'histoire.

Selon Antoine Cousineau de la firme Neuf Architecte(e) s - qui a également contribué au design des tours -, la base de la Place des peuples sera de deux étages à l'arrière, face à la rue Notre-Dame-de-l'Île et de trois ou quatre étages face à la rue Laurier.

D'ailleurs, Brigil entend proposer à la Ville de Gatineau de revoir la conception de la rue Laurier entre ses édifices et le Musée de l'histoire. M. Desjardins croit que cela faciliterait la circulation des piétons dans le secteur et que cela mettrait en valeur le terrain avant du musée, en plus de pouvoir devenir un espace pour la tenue d'événements spéciaux et de festivals.

Gilles Desjardins indique toutefois que ce n'est pas essentiel à la réalisation de son projet, tout comme une autre idée qu'il a soulevé jeudi après-midi.

Le président de Brigil a ouvert la porte à accueillir la bibliothèque centrale de la Ville de Gatineau dans la Place des peuples. Il soutient que l'espace serait disponible et qu'il faudrait négocier avec la Ville afin de déterminer s'il s'agit d'un projet réaliste.

Sans préciser de chiffres - ce serait prématuré, selon lui -, Gilles Desjardins a indiqué que la deuxième mouture du projet est plus dispendieuse que la première. Il indique toutefois qu'il s'agit d'un investissement et non d'une simple dépense puisqu'il croit que le nouveau design permettra d'attirer encore plus de visiteurs, jusqu'à un million par année, notamment au poste d'observation au sommet de la tour de 55 étages.

Brigil doit toujours convaincre ses opposants

Un nouveau design ne change pas tout pour Brigil. Pour obtenir l'aval du conseil municipal pour son projet - qui reste à être déposé officiellement -, il doit toujours convaincre les Gatinois de la pertinence d'établir des gratte-ciel au coeur du centre-ville.

La bataille est loin d'être gagnée, mais Gilles Desjardins et son équipe croient avoir des arguments supplémentaires en main pour rallier les Gatinois à leur vision, ainsi que ses futurs voisins. Mais pour les convaincre, les parties doivent accepter de dialoguer.

Le porte-parole de Brigil, Yves Ducharme, soutient qu'une séance de consultation avec les résidents du quartier du musée a été organisée, mais ceux-ci auraient refusé d'y participer.

Si le nouveau design peut en rassurer quelques-uns, M. Ducharme ajoute que Brigil a entamé des pourparlers, notamment avec Vision Centre-Ville, afin de permettre aux touristes qui visitent la Place des Peuples de découvrir le quartier du Musée.

«Sur la rue Notre-Dame-de-l'Île et la rue Champlain, les maisons ont un caractère patrimonial. Un patrimoine qui n'a pas été reconnu encore aujourd'hui par la Ville. [...] C'est un patrimoine à découvrir. Si on attire dans la Place des Peuples des centaines de milliers de personnes, il reste à la communauté de se faire valoir.»

Yves Ducharme affirme qu'un projet de «sentier culturel» dans le quartier du Musée est dans les cartons de l'entreprise.

«Ça pourrait devenir un musée vivant, avec l'aide de la communauté.»

Gilles Desjardins a également indiqué au Droit qu'il consentirait à accorder des subventions aux résidents qui souhaiteraient transformer leur résidence en commerce, une boutique de souvenirs, par exemple.

Reste à voir comment les résidents du quartier réagiront à ces nouvelles propositions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer