Rogers s'en prend à Vidéotron

La façon dont les consommateurs écoutent de la musique sur leurs téléphones... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
David Friend
La Presse Canadienne
TORONTO

La façon dont les consommateurs écoutent de la musique sur leurs téléphones intelligents est en train de devenir une source de controverse chez les fournisseurs de services de télécommunications sans fil du pays.

Rogers Communications a déposé cette semaine une plainte auprès du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) au sujet de l'offre Musique illimitée de Vidéotron, qui permet à certains de ses clients d'écouter des services de musique en continu sans que cela ne soit compilé dans leur plan de données cellulaires.

Selon Rogers, ce service ne respecte pas les règles établies par le groupe de réglementation, qui empêche les sociétés de télécommunications de favoriser certains clients en ce qui a trait à la transmission des données sans fil.

Le service Musique illimitée, lancé en août par la division de Québecor, élimine une des plaintes les plus courantes émises par les mélomanes qui utilisent souvent les services de musique en continu. L'accès à ces services gruge une large partie de leur plan de données sans fil, ce qui les force parfois à dépasser les limites prévues et entraîne la facturation de frais additionnels.

Le service Musique illimitée est assorti de quelques conditions. Il n'est offert qu'aux clients cellulaires abonnés à un forfait «premium» et il ne s'applique qu'à une sélection de services de musique en continu, incluant Spotify, Rdio, Google Play Music, Songza, Deezer, 8tracks, Groove et Stingray Musique.

Ces deux conditions sont contestées par Rogers.

Dans sa plainte déposée mardi au CRTC, la société torontoise fait valoir que Musique illimitée contrevient à une décision réglementaire sur les exemptions imposées aux consommateurs par les entreprises de télécommunications sans fil.

Selon le vice-président des activités réglementaires de Rogers, David Watt, Vidéotron «se pose en gardien» en sélectionnant quels services de musique en continu peuvent être exemptés de l'utilisation des données, ce qui leur accorde «une préférence indue et déraisonnable», selon les documents de la plainte.

Rogers n'est pas d'accord non plus avec le fait que Vidéotron offre Musique illimitée aux seuls abonnés aux forfaits dits premium.

Selon Rogers, l'exemption proposée par Vidéotron contrevient à un jugement rendu plus tôt cette année par le CRTC contre Bell Mobilité. La décision avait forcé Bell à cesser d'offrir à ses clients un service amélioré qui, pour 5$ par mois, leur laissait visionner une certaine quantité de vidéo en continu sur leur mobile sans que cela ne soit compris dans leur plan mensuel de données sans fil.

En janvier, le président du CRTC, Jean-Pierre Blais, avait affirmé que tous les fournisseurs de services mobiles devraient traiter le contenu qui passe par leur réseau de façon égale, sans offrir de récompense à leurs clients.

Or, aux yeux de Rogers, c'est essentiellement ce que fait Vidéotron avec Musique illimitée.

Vidéotron a réagi aux critiques de Rogers dans sa réponse au CRTC. «Il est parfois stupéfiant de voir la portée des motifs ultérieurs qui peuvent être reprochés à un fournisseur qui tente simplement de rendre son service plus attrayant aux consommateurs», a affirmé le vice-président des affaires réglementaires de Québecor, Dennis Béland.

«La vérité comprend beaucoup moins de conspiration.»

Vidéotron affirme avoir créé Musique illimitée pour rendre son offre de forfaits sans fil plus intéressante aux yeux des consommateurs de 14 à 34 ans.

Rogers offre lui aussi un forfait de musique en continu par l'entremise de sa bannière Fido. La société s'est alliée à Spotify pour offrir une version sans publicité de son service avec ses plans mensuels. Mais contrairement à Vidéotron, la musique écoutée sur le réseau cellulaire de Fido est comptabilisée dans les plans de données sans fil des consommateurs.

Mais tous les concurrents de Vidéotron ne s'opposent pas à son offre. Dans des commentaires transmis au CRTC cette semaine, Telus n'a pas hésité à défendre l'offre de Musique illimitée. «Vidéotron ne fait que proposer une offre concurrentielle aux consommateurs. Aucun consommateur n'est lésé par le fait que cette offre est disponible sur le marché.»

Un porte-parole de Bell a refusé de commenter.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer