La MRC Papineau part en mission en Belgique

Les habitants de la Belgique et de l'Outaouais... (Jessy Laflamme, LeDroit)

Agrandir

Les habitants de la Belgique et de l'Outaouais s'étaient déjà rencontrés à l'occasion des Fêtes namuroises, à l'été 2013, dans la Petite-Nation.

Jessy Laflamme, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une délégation formée d'élus, d'employés administratifs, de gens d'affaires et d'artistes de la MRC Papineau s'envole mardi en vue d'une mission socio-économique en Belgique.

Une trentaine de personnes seront à Namur, en sol belge, jusqu'au 21 septembre, dans le cadre des Fêtes de la Wallonie. Un kiosque promotionnel sera aménagé durant ces festivités, avec comme thème: «Papineau: une forêt de possibilités».

Plusieurs rencontres entre élus et professionnels du développement économique, du tourisme et de la culture sont également prévues durant les prochains jours.

Les Fêtes de la Wallonie, qui se tiennent pendant trois jours, attirent bon an mal an 250 000 personnes, selon les organisateurs. Le groupe de l'Outaouais compte profiter de cette vitrine pour mousser la Petite-Nation à l'étranger, alors que le Québec est l'invité d'honneur de l'événement cette année.

«Ce qu'on veut, c'est créer des contacts et favoriser les échanges commerciaux. Le but est de mettre la MRC sur la carte une fois là-bas, en misant sur nos espaces verts et nos attraits touristiques», indique Carol Fortier, chef de mission et maire de Notre-Dame-de-Bonsecours.

Outre cette municipalité, Namur, Montpellier, Ripon, Saint-André-Avellin et Fassett participent aussi au périple.

Des représentants de Kenauk Nature, du Parc Oméga, de l'entreprise Cerfs de Boileau, du Club de golf Montpellier-Lac-Simon et du Parc national de Plaisance seront aussi sur place.

Namur, en Outaouais, a été fondée par des familles belges originaires de la province de Namur, en Belgique, au milieu du 19e siècle. La petite municipalité située au nord de Montebello a d'ailleurs accueilli des résidents de ce pays en 2013, lors des Fêtes namuroises du village.

Créer des liens

Selon l'agente de développement culturel à la MRC Papineau, Marie-France Bertrand, ce séjour en Belgique n'est qu'une partie d'un projet de plus grande envergure, puisque le gouvernement régional compte maintenir les liens avec la Wallonie au cours des années à venir.

«Il est déjà prévu que plusieurs groupes de visiteurs belges viennent séjourner dans Papineau en 2016. Certains viendront en touristes, d'autres en tant que stagiaires bénévoles, d'autres pour établir ou consolider des projets d'affaires.»

Afin d'établir sa stratégie de promotion et de créer sa liste de contacts, la délégation soutient avoir obtenu le support et l'aide technique du ministère de l'Économie, de Tourisme Québec, d'un expert en commercialisation internationale de Tourisme Outaouais et de professionnels de la délégation québécoise du Québec à Bruxelles.

Le député de Papineau, Alexandre Iracà, a décaissé 1000$ de son budget discrétionnaire afin de contribuer à ce voyage. Une subvention de Québec de 1000$ a aussi été offerte à la MRC Papineau.

Aux frais des contribuables

La mission socio-économique de la MRC Papineau en Belgique se fera en partie aux frais des contribuables.

À l'exception de la mairesse suppléante de Fassett, Françoise Giroux, les six autres élus et deux directeurs généraux qui s'envoleront en sol belge mardi, dans le cadre des Fêtes de la Wallonie, verront l'ensemble ou une partie de leurs dépenses être payés par leur administration respective.

Du côté de Ripon, Montpellier et Notre-Dame-de-Bonsecours, les budgets alloués aux représentants municipaux seront pigés à même l'enveloppe qui est habituellement utilisée le congrès annuel de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) organisé à l'automne.

Dans le cas de Saint-André-Avellin, qui envoie la directrice générale et la mairesse suppléante du village, on utilise un procédé similaire en récupérant des montants déjà adoptés pour certains congrès auxquels ne prendra pas part la municipalité cette année.

Des économies?

À titre d'exemple, le maire de Notre-Dame-de-Bonsecours, Carol Fortier, sera accompagné d'une conseillère durant le voyage. Un montant de 2000 $ a été attribué à chacun d'entre eux pour leurs dépenses. «Ça nous coûtait environ 3000 $ pour chaque personne au congrès de la FQM. Dans le fond, on n'ira pas au congrès cette année donc on économise de l'argent», fait valoir M. Fortier.

À Namur, seuls les billets d'avion d'une valeur approximative de 800 $ ont été payés par la municipalité pour le maire et la directrice générale qui l'accompagne. Cette administration n'envoyait cependant pas d'échevins au rassemblement de la FQM.

Quant aux deux agents de développement la MRC, un budget annuel leur est déjà accordé pour leurs frais de séjour et de déplacement lorsqu'ils participent à des congrès, colloques et formations.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer