La Cage aux Sports a Ottawa dans sa mire

Le Groupe Sportscene a identifié les villes d'Ottawa... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le Groupe Sportscene a identifié les villes d'Ottawa et d'Edmundston comme prochains sites d'implantation pour La Cage aux Sports.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La chaîne de restos-bars La Cage aux Sports envisage une expansion hors Québec.

Le Groupe Sportscene a identifié les villes d'Ottawa et d'Edmundston comme prochains sites d'implantation.

L'automne marquera le lancement du repositionnement stratégique majeur qu'entreprend le groupe de restauration qui dévoilera dans deux semaines un nouveau nom, un nouveau logo, un nouveau menu et le nouvel environnement physique des restaurants.

«Ça fait 32 ans que les restaurants La Cage aux Sports existent. Il faut savoir se réinventer. Si tu ne fais rien, tu meurs», constate Jean Bédard président du Groupe Sportscene.

«Le modèle des Cages était difficilement exportable. Je n'y croyais pas. Là, on va avoir un concept qui va plaire partout. On reste un sport-bar mais beaucoup plus ouvert», note le pdg.

Jean Bédard est convaincu que son nouveau modèle de restaurant va plaire aux gens et il envisage l'avenir avec optimisme.

«Les ventes des nouveaux restaurants sont bonnes. L'environnement sportif aussi est bon pour nos affaires. Le Canadien a un club excellent, les activités de boxe fonctionnent bien, l'arrivée de Didier Drogba a donné un souffle incroyable à l'Impact et on va avoir un club à Québec.

«La seule chose qui m'inquiète, c'est l'économie. Dans le monde de la restauration, on est très sensible à la santé de l'économie, ça fait mal lorsqu'il y a un ralentissement, les gens coupent dans leurs dépenses.»

Des changements majeurs

Le renouvellement de l'offre a débuté avec l'embauche, au printemps dernier, du chef Louis-François Marcotte à titre de vice-président restauration.

Les restaurants vont offrir dorénavant un menu plus haut de gamme alors qu'une attention particulière a été apportée à la fraîcheur des aliments.

«On fait dorénavant nos sauces, nos marinades, nos vinaigrettes. On sert du boeuf pur à 100%. On va faire nos propres panures. Les gens sont plus soucieux de ce qu'ils mangent et on va bien les servir», précise Jean Bédard.

Physiquement, les Cages vont être transformées. Plutôt que d'avoir des pièces séparées, les restos vont occuper un seul et vaste espace dans lequel on va installer deux immenses écrans géants alors que le bar va occuper le centre des établissements. Fini les chandails sur les murs, on propose un environnement plus épuré avec des modules qui évoquent le sport de façon beaucoup plus design.

Déjà 8 des 51 restaurants du groupe ont subi cette transformation et l'impact a été immédiat, note Jean Bédard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer