• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > Publicités fédérales: les imprimés perdent des plumes 

Publicités fédérales: les imprimés perdent des plumes

Les journaux et radios communautaires francophones de l'extérieur du Québec ne... (Photo Blair Gable, archives Reuters)

Agrandir

Photo Blair Gable, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Les journaux et radios communautaires francophones de l'extérieur du Québec ne sont pas les seuls à subir les répercussions financières du transfert de la publicité gouvernementale fédérale vers l'Internet et la télévision.

Une étude que vient de publier Journaux canadiens - une initiative conjointe de l'Association canadienne des journaux (ACJ) et de la Canadian Community Newspapers Association (CCNA), qui représentent plus de 830 quotidiens, hedbos et journaux régionaux - révèle les chiffres derrière cette tendance lourde.

Au cours des dix dernières années, les dépenses du gouvernement fédéral en matière de publicité sur Internet sont ainsi passées de moins de 1% (2002-2003) à 27% (2013-2014). Le changement s'est fait principalement sur le dos de la publicité imprimée dans les magazines, les quotidiens et les journaux régionaux.

Ainsi, le gouvernement fédéral a dépensé 75 213 380$ en publicité (médias et production) en 2013-2014.

Dans les principaux médias traditionnels, le montant s'élève à 56 846 443$ (excluant la production et les commissions) pour cette même année, loin de la somme de 114,3 millions $ dépensée en 2009-2010.

De ce chiffre, les publicités placées dans les journaux quotidiens, communautaires et ethniques ne représentaient que 4 317 731$, soit 7,6% de ce montant. Les journaux quotidiens ont reçu 2,2 milions $ en 2013-2014, une hausse de 58% par rapport à l'année précédente. Ils avaient alors reçu 938 843$.

Le choix du média

«Le gouvernement doit et devrait communiquer les informations sur ses programmes et services directement aux citoyens et obtenir la meilleure valeur pour l'argent dépensé. La voie choisie en dit beaucoup sur les médias qu'il préfère et pourquoi. La publicité à la télé et Internet est efficace pour bâtir l'image de marque, pas pour informer. Les journaux alimentent les débats et servent comme forum de discussion» souligne-t-on dans le rapport de Journaux canadiens.

Mardi, l'Agence de presse francophone (APF) a décidé de réagir au nom de ses 23 journaux membres pour appuyer la plainte déposée au commissaire aux langues officielles par la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE). Elle dénonce notamment le transfert vers l'Internet des avis publics de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC). L'APF craint que ce transfert de publicité menace la survie de plusieurs journaux communautaires de langue française à l'extérieur du pays. Dans les journaux de l'APF, la publicité fédérale est passée de 1 938 876$ en 2006-2007, à 434 725$ en 2009.

TPSGC a indiqué qu'il respecte ses obligations en vertu de la Loi sur les langues officielles. «TPSGC n'a émis aucune directive visant à changer la distribution des avis publics ou autre forme de publicité», a indiqué dans un courriel le porte-parole de TPSGC, Pierre Alain Bujold.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer