• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > Place des peuples: un appui «sans réserve» du RGA 

Place des peuples: un appui «sans réserve» du RGA

Le patron de Brigil, Gilles Desjardins, veut construire... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le patron de Brigil, Gilles Desjardins, veut construire deux tours de 35 et 55 étages sur la rue Laurier, à Gatineau, devant le Musée canadien de l'histoire.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir provoqué une levée de boucliers citoyenne, le projet Place des peuples reçoit l'assentiment d'une deuxième influente association d'entrepreneurs.

Pour le Regroupement des gens d'affaires de la capitale nationale (RGA), il est «évident» que le mégaprojet de tours de l'entrepreneur Brigil au centre-ville de Gatineau aura une «incidence positive sans précédent» sur le secteur.

«C'est un projet qui transformera en profondeur ce que l'on connaît sous le nom de Vieux-Hull et qui apportera des avantages appréciables sur le plan de l'emploi et du tourisme», selon la présidente-directrice générale Joanne Lefebvre.

En plus de revitaliser le quartier, Mme Lefebvre se dit «bouche bée» devant la «dimension architecturale et esthétique du projet».

Du haut des tours, le coup d'oeil sur le Parlement et les musées environnants sera «saisissant», précise-t-elle.

Le patron de Brigil, Gilles Desjardins, souhaite construire deux tours de 35 et de 55 étages sur la rue Laurier, devant le Musée canadien de l'histoire. Le complexe comprendrait quelque 200 chambres d'hôtel, des condominiums et de l'espace commercial, en plus d'un observatoire ouvert au public.

La Chambre de commerce de Gatineau appuie ce projet depuis ses débuts.

Il en est tout autrement des résidents du quartier et diverses associations citoyennes. Selon les opposants, les tours ne cadrent pas avec le paysage, et rappellent que le plan d'urbanisme en vigueur limite la hauteur des constructions à trois étages à cet endroit sur la rue Laurier.

Le RGA appelle Brigil à mener à terme ses ambitions. «L'arrivée de tout projet qui est porteur de changement» trouve ses détracteurs, dit Mme Lefebvre. Cette dernière donne en exemple la revitalisation du parc Lansdowne et la construction du Centre des congrès à Ottawa.

«La vérité est que nous avons grand besoin de projets qui donnent une vie nouvelle à ce quartier de Gatineau, insiste-t-elle. Nous appuyons ce projet sans réserve.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer