Soupir de soulagement à la scierie Lauzon

Les quelque 300 travailleurs dont l'emploi est directement lié aux opérations... (Benoit Sabourin, LeDroit)

Agrandir

Benoit Sabourin, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les quelque 300 travailleurs dont l'emploi est directement lié aux opérations de la scierie Lauzon de Thurso peuvent respirer. L'usine reprendra ses activités normales dès le retour des vacances, le 17 août prochain.

L'importante rencontre entre les dirigeants de l'usine et le ministre québécois des Forêts, Laurent Lessard, n'a pas permis à l'entreprise d'obtenir un plus important volume de bois, mais elle a débouché sur une entente basée sur la confiance entre les deux parties et dont la finalité sera connue plus tard cet automne.

L'attachée de presse du député de Papineau Alexandre Iracà, Michel Pilote, qui assistait à la rencontre, précise que l'entente prévoit que des ingénieurs forestiers mandatés par le ministère se rendront sur place, au cours des deux prochains mois, afin d'analyser toute la chaîne d'opération de l'entreprise, de l'abattage jusqu'au sciage. « Ça permettra au gouvernement de valider les données d'optimisation fournies par la compagnie », a indiqué M. Pilote. Une fois que Québec aura fait ses vérifications, des modifications seraient mises en place afin de permettre à l'entreprise d'utiliser plus de matière ligneuse de chaque arbre abattu. C'est précisément ce à quoi s'est engagé le ministre Lessard lors de la rencontre d'hier. Une telle mesure existe d'ailleurs déjà dans les Laurentides.

« C'est ce qu'on demande depuis le début, note Michel Pitre, vice-président au développement des affaires chez Produits forestiers Lauzon. Nous n'avons jamais demandé de pouvoir couper plus en forêt. Notre usine permet d'optimiser l'utilisation de chaque arbre et c'est ce que nous voulons pouvoir faire. En modifiant ce qu'on appelle la matrice, nous arriverons à combler nos besoins à l'usine. »

Actuellement, la loi prévoit qu'une scierie ne peut conserver que 25 % d'un arbre et qu'elle doit remettre le reste aux papetières. L'usine de Thurso est en mesure de scier 60 % de son bois grâce aux investissements de 25 millions$ que l'entreprise a fait au cours des dernières années pour optimiser ses opérations. L'approvisionnement annuel de l'usine de Thurso est de 142000 mètres cubes de bois. L'entreprise affirme avoir besoin de 198000 mètres cubes afin de rentabiliser ses opérations. À défaut d'une entente avec Québec, l'entreprise menaçait de fermer son usine de Thurso dès vendredi. En permettant à l'usine d'utiliser une plus grande proportion de chaque arbre, la scierie pourrait atteindre l'approvisionnement désiré sans augmenter ses opérations en forêt.

Incertitude déplorable

Le maire de Thurso, Benoît Lauzon, était très heureux du dénouement, hier, mais il soutient que le dossier n'aurait jamais dû s'éterniser de la sorte.

« Je trouve tout de même déplorable qu'après 20 rencontres entre le ministère et Produits forestiers Lauzon, il a fallu attendre à une semaine de la fermeture de l'usine pour que Québec agisse et se penche réellement sur ce que l'entreprise fait comme optimisation de ses opérations, dit-il. Québec a fait vivre l'incertitude à 300 familles pour en arriver là. La décision du ministre aujourd'hui aurait pu être prise il y a six mois et des choses concrètes seraient déjà annoncées. Quand une usine comme celle de Lauzon à Thurso fait autant d'optimisation, il est du devoir du gouvernement de s'ajuster. Il n'était pas nécessaire de mettre 300 familles dans une telle incertitude avant de bouger. »

Partager

À lire aussi

  • Jean Gagnon | Lauzon sauvée

    Jean Gagnon

    Lauzon sauvée

    La scierie Lauzon de Thurso, menacée de fermeture le 31 juillet prochain, pourra continuer d'opérer à la suite d'un accord intervenu lundi entre... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer