• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > Les travailleurs de Lauzon manifestent leur mécontentement 

Les travailleurs de Lauzon manifestent leur mécontentement

Ce sont 300 emplois qui seront perdus si... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Ce sont 300 emplois qui seront perdus si les opérations ne reprennent pas, alors que la scierie permet le roulement de 125 postes en usine et 175 en forêt.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À moins d'une semaine de la date fatidique du 31 juillet, les travailleurs de l'usine Lauzon réclament une intervention politique afin que le litige entourant la question de l'approvisionnement en bois pour la scierie de Thurso soit réglé. Au moins une cinquantaine d'employés forestiers ont débarqué devant le bureau du député de Papineau Alexandre Iracà, vendredi matin, afin de manifester.

Pendant un peu plus d'une heure, les travailleurs, venus des quatre coins de l'Outaouais, de Maniwaki à Mont-Laurier en passant par Notre-Dame-du-Laus, ont bloqué un tronçon de l'avenue de Buckingham avec deux fardiers remplis de billots et plusieurs camionnettes.

Devant le bureau de comté, ils ont scandé à répétition: «Respectez vos engagements», «Arrêtez le gaspillage», «Sauvons nos emplois» et «T'es où Iracà? Vient régler notre cas».

Pierre Séguin, sous-traitant auprès de l'entreprise Lauzon et responsable de la manifestation, affirme qu'il est minuit moins une dans ce dossier. Les coupes en forêt ont cessé depuis le 20 juillet, si bien que seules les équipes de transport travaillent présentement, a-t-il affirmé vendredi.

Ce sont 300 emplois qui seront perdus si les opérations ne reprennent pas, alors que la scierie permet le roulement de 125 postes en usine et 175 en forêt.

«Juste dans mon cas, j'ai pour plus d'un million [de dollars] d'équipements. Quand on achète de l'équipement, les prêts, il faut les endosser personnellement. Advenant le cas qu'on ne recommence pas [à travailler], c'est sûr que je perds tout», dénonce M. Séguin.

Seuil de rentabilité

Pour être rentable, la scierie soutient avoir besoin de 198 000 mètres cubes de bois annuellement, dont 120 000 en essence d'érable de qualité. Depuis que le dossier s'est retrouvé sur la place publique à la fin mai, la direction de l'entreprise accuse le gouvernement de ne pas respecter les ententes signées avec le gouvernement du Québec en 2007. Lauzon demande au gouvernement de reconnaître sa capacité d'optimisation.

Depuis la mise en place du nouveau régime forestier en 2013, l'approvisionnement annuel en bois public de l'usine se chiffre à près de 142 000 mètres cubes.

«Quand on dîne le midi, il n'y a pas un gars qui parle de camping ou de s'acheter un bateau de pêche. Tout le monde est inquiet», a souligné Michel Staniforth, garde forestier depuis 26 ans.

Une offre lundi?

Alexandre Iracà est présentement en vacances en Europe. Une importante rencontre entre toutes les parties doit avoir lieu lundi, à Québec, a-t-on indiqué à son bureau.

Une nouvelle offre «plus que raisonnable» sera présentée à la direction de Lauzon, a fait savoir l'attaché de presse de M. Iracà, Michel Pilotte.

Une pétition adressée au ministre des Forêts, Laurent Lessard, et demandant au gouvernement de respecter ses promesses en matière de quota de bois a été mis en ligne il y a deux semaines. Plus de 850 internautes y ont jusqu'à maintenant apposé leur signature.

Si aucune entente n'est conclue entre l'entreprise et le gouvernement sous peu, la scierie pourrait fermer définitivement ses portes à la fin du mois.

Partager

À lire aussi

  • Jean Gagnon | Lauzon sauvée

    Jean Gagnon

    Lauzon sauvée

    La scierie Lauzon de Thurso, menacée de fermeture le 31 juillet prochain, pourra continuer d'opérer à la suite d'un accord intervenu lundi entre... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer