La scierie Lauzon de Thurso à l'arrêt

Les opérations devraient reprendre lundi, mais les moulins... (Benoit Sabourin, LeDroit)

Agrandir

Les opérations devraient reprendre lundi, mais les moulins rouleront au ralenti, faute d'approvisionnement suffisant, explique Michel Pitre, vice-président au développement des Industries Lauzon.

Benoit Sabourin, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les moulins de la scierie de Thurso ont cessé de tourner, jeudi, emportant avec eux une vingtaine d'emplois.

Les opérations devraient reprendre lundi, mais les moulins rouleront au ralenti, faute de matière brute, a expliqué par communiqué Michel Pitre, vice-président au développement des Industries Lauzon.

Et si la mésentente avec Québec n'est pas réglée avant le 1er août, ce sont 280 autres emplois qui seront perdus. «[L'usine de Thurso] commence déjà à manquer d'approvisionnement, étant donné que les préparatifs de la prochaine saison forestière ne sont toujours pas débutés», peut-on lire dans le document.

Le maire de Thurso secoué

À la mairie de Thurso, jeudi après-midi, on était secoué par la nouvelle. «C'est tout un choc», a résumé le maire Benoît Lauzon lorsque joint par LeDroit.

C'est une journée «extrêmement pénible» pour les travailleurs de la plus vieille industrie de la ville, se désole-t-il. «Il va y avoir des mises à pieds immédiates. [...] Je sais qu'au moins 20 travailleurs à l'usine ont perdu leur emploi.»

L'élu souhaite aider les ouvriers éprouvés, mais rien n'a encore été fixé. «On a une plénière lundi, on va voir comment on peut supporter les familles - et combien il y en a.»

Avant tout, il souhaite que la province et l'entreprise règlent leur conflit. «L'important, c'est de continuer de se parler et de sauver les emplois qui sont en danger. [...] Ce n'est pas à 300 familles de payer pour le conflit.»

En négos avec Québec

Des négociations sont en cours pour régler le problème, a d'ailleurs confirmé le maire de Thurso. 

«J'ai parlé avec le député de Chapleau, Marc Carrière, [mercredi] soir. Il y a des pourparlers cette semaine entre le ministre (des Forêts, de la Faune et des Parcs) et Lauzon. [...] J'ai aussi eu une rencontre avec Lauzon, [mercredi] matin, pour me montrer leur contre-offre», a expliqué l'élu.

L'annonce de jeudi arrive donc en plein blitz de négociations.

Depuis la mise en place du nouveau régime forestier en 2013, l'approvisionnement annuel en bois public de l'usine se chiffre à près de 142000 mètres cubes. Mais des ententes conclues en 2007, à la suite d'importants travaux de modernisation, garantissaient pourtant 210000 m3 de bois par année pendant 25 ans.

Selon le maire, les offres de Québec avoisineraient maintenant les 170000 m3. De son côté, pour garantir la survie de l'usine, Lauzon demanderait 198000 m3.

Dans son communiqué de jeudi, l'entreprise affirme avoir multiplié les efforts pour en arriver à une entente. «Actuellement, le sort de la scierie est entre les mains du ministre», résume M. Pitre dans le document.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer