• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > L'industrie de la forêt part en guerre contre Greenpeace 

L'industrie de la forêt part en guerre contre Greenpeace

L'industrie de la forêt estime que des milliers... (Archives, La Presse)

Agrandir

L'industrie de la forêt estime que des milliers de travailleurs voient leur emploi menacé si des clients internationaux cessent d'acheter des produits sur la base des campagnes de groupes environnementaux, qu'ils jugent mensongères.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

La campagne de Greenpeace dénonçant les pratiques de l'industrie forestière dans la forêt boréale représente une «véritable menace» pour l'économie dans plusieurs régions du Québec et de l'Ontario.

Les maires de 27 municipalités du Québec et de l'Ontario, et des représentants de l'industrie forestière, sont venus à Ottawa pour réclamer la mise sur pied d'une campagne internationale pour faire la promotion des pratiques réelles de l'industrie forestière dans la forêt boréale. Ils espèrent contrer les attaques, particulièrement celles de Greenpeace, qui dénoncent les activités d'exploitation pratiquées par l'industrie.

La campagne de Greenpeace véhicule de «fausses informations» au sujet des pratiques de l'industrie dans la forêt boréale (au nord du 49e parallèle), ce qui a un impact direct sur l'industrie à l'échelle internationale et sur l'économie dans plusieurs régions des deux provinces voisines, soutiennent les maires et l'industrie.

«Si des clients internationaux cessent d'acheter des produits de la forêt boréale sur la base d'informations erronées, ce sont des milliers de travailleurs qui vivent de la forêt dans nos municipalités qui sont menacés», a indiqué Jean-Pierre Boivin, membre du conseil d'administration de la Fédération québécoise des municipalités.

La délégation souhaite que le gouvernement fédéral entreprenne une étude sérieuse pour chiffrer les conséquences socio-économiques de la campagne négative menée contre l'industrie forestière, comme vient de le faire le Québec.

Campagne planétaire

Ils veulent aussi qu'Ottawa s'engage à lancer une campagne internationale pour faire la promotion des pratiques réelles de l'industrie en vigueur au Québec et en Ontario, parmi les plus rigoureuses au monde, a indiqué André Tremblay, président-directeur général du Conseil de l'industrie forestière au Québec. «L'industrie fait l'exploitation selon les lois qui existent, mais il peut y avoir des litiges au-delà de ces lois. De dire que cela va à l'encontre des Premières Nations, c'est faire fi des lois qui gouvernent», a expliqué M. Tremblay.

La campagne de Greenpeace connaît beaucoup d'échos sur Internet. Déjà plus de 60000 Canadiens y ont adhéré, alors que 50000 autres personnes à travers le monde l'ont rejoint, indique-t-on sur le site de Greenpeace au sujet de la campagne #standforforests.

Lebel confiant

À la suite de sa rencontre avec les maires et les représentants de l'industrie, mercredi, le ministre Denis Lebel, notamment responsable de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, a rappelé le rôle et la réputation du Canada comme chef de file de l'aménagement forestier durable. Il entend «défendre avec force le bilan et la réputation de notre pays contre toute attaque».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer