• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > L'industrie forestière de l'Outaouais a l'oeil sur un «petit programme» 

L'industrie forestière de l'Outaouais a l'oeil sur un «petit programme»

Le montant doit servir à entretenir les «chemins... (Louis Tremblay, Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le montant doit servir à entretenir les «chemins à double vocation», ces routes empruntées par les compagnies forestières pour aller chercher le bois, mais aussi par des chasseurs et des pêcheurs.

Louis Tremblay, Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Québec consacrera un peu plus d'un demi-milliard de dollars cette année dans la forêt. Mais en Outaouais, c'est un petit programme d'à peine 10 millions $ pour toute la province qui risque de susciter le plus d'intérêt dans le milieu.

Le montant doit servir à entretenir les «chemins à double vocation», ces routes empruntées par les compagnies forestières pour aller chercher le bois, mais aussi par des chasseurs et des pêcheurs, pour se rendre à des territoires de chasse et des pourvoiries.

«Ce sont les chemins en territoires non organisés, explique la ministre responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée. Ils sont hyper importants pour accéder à notre terrain de jeu. Un chemin en bonne condition, c'est important pour un pourvoyeur. La chasse et la pêche sont importantes dans l'économie de la région. Les gens sont plus attirés vers une pourvoirie en particulier quand les chemins sont en bonne condition. Pour les entrepreneurs forestiers, un chemin en meilleur état permet aussi de diminuer les coûts associés au transport. Il y a moins de bris de machinerie.»

Le budget déposé par le ministre des Finances, Carlos Leitao, vient aussi confirmer le maintien des sommes pour les travaux sylvicoles. Un montant de 225 millions$ y sera consacré. Québec vient ainsi de sécuriser environ 200 emplois en forêt dans la région de l'Outaouais.

Les MRC Pontiac et Vallée-de-la-Gatineau sont aussi invitées à innover afin de profiter du programme Fonds valorisation bois dans le secteur des pâtes et papiers. «C'est un programme pour aider à relancer un secteur durement touché, explique Mme Vallée. C'est une piste intéressante pour dynamiser ces régions. Nous avons un potentiel dans la région, il faut trouver une façon de profiter de ce programme.»

Pour les PME

La ministre Vallée se réjouit aussi de voir que le fardeau fiscal des entreprises sera allégé progressivement. Le développement économique de l'Outaouais devrait en profiter, dit-elle, puisque le taux d'imposition sera réduit au même taux que celui de l'Ontario, à 11,5%. «Si des sociétés pensaient aller s'installer à Ottawa plutôt qu'à Gatineau parce que le taux d'imposition est plus bas, cet élément-là ne fait maintenant plus partie de la question, il est écarté», note Mme Vallée.

Le gouvernement du Québec continue aussi ses efforts pour réduire la paperasse pour les entrepreneurs. Cette fois, ce sont les restaurateurs qui se verront soulager d'une partie de la lourdeur administrative qu'impliquaient les multiples demandes de permis. «Il y aura maintenant un permis unique, ça va permettre de simplifier la vie aux restaurateurs qui veulent être en affaires de notre côté de la rivière des Outaouais, ajoute la ministre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer