LeDroit change de mains

Les journaux régionaux du groupe GESCA appartiennent désormais... (Patrice Laroche, Le Soleil)

Agrandir

Les journaux régionaux du groupe GESCA appartiennent désormais à l'homme d'affaires Martin Cauchon.

Patrice Laroche, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

LeDroit et les cinq autres quotidiens régionaux du groupe Gesca viennent d'être achetés par Groupe Capitales Médias, propriété de l'homme d'affaires et ex-ministre fédéral Martin Cauchon.

L'annonce de cette transaction majeure dans l'industrie médiatique a été faite mercredi avant-midi par M. Cauchon. Ce dernier était accompagné du nouveau président-directeur général de Groupe Capitales Médias, Claude Gagnon, qui dirigeait les quotidiens régionaux de Gesca depuis 2009. M. Gagnon, ancien éditeur du Droit d'Ottawa, conservera ses fonction de président et éditeur du quotidien Le Soleil de Québec.

Les autres journaux touchés par la transaction sont Le Quotidien du Saguenay, La Tribune de Sherbrooke, Le Nouvelliste de Trois-Rivières et La Voix de l'Est, de Granby.En conférence de presse, mercredi à Québec, M. Cauchon a expliqué cette acquisition par la volonté d'avoir une «presse régionale forte» et d'en assurer le maintien.

«Il était important de sortir les quotidiens du groupe Gesca, a-t-il dit. On va se réunir entre nous. (...) On va se redonner notre personnalité.»

M. Cauchon a reconnu qu'il y avait un certain «inconfort» au sein des quotidiens régionaux de Gesca depuis l'arrivée, il y a quelques années, de la version pour tablette électronique de La Presse, La Presse+.

«Dans un contexte où l'on mettait l'accent sur La Presse+, la question se posait: qu'est-ce qu'il y avait de ce modèle pour les médias régionaux? Petit à petit, on les fondait à l'intérieur. Petit à petit, on était en train d'édulcorer un peu (leur) personnalité», a-t-il dit.

M. Cauchon n'a toutefois pas remis en question le modèle développé par la filiale de Power Corporation.

L'ex-député fédéral n'a pas voulu dire si cette transaction entraînerait des réductions de personnel au sein des quotidiens régionaux.

Le président et éditeur du Droit, Jacques Pronovost, estime que la transaction se veut «une bonne nouvelle» pour le quotidien de la rue Clarence.

«Avec les nouveaux développements technologiques de La Presse+, qui demandent beaucoup d'énergie à La Presse, je pense que c'est une bonne chose qu'on se détache un peu et qu'on puisse voguer un peu par nous-mêmes et se développer comme des journaux régionaux sous l'égide du Soleil de Québec.»

Jacques Pronovost note aussi que les pronostics semblent bons par rapport aux développements de nouvelles plateformes pour livrer l'information aux lecteurs. «On nous a dit que M. Cauchon a le financement requis pour faire l'acquisition, mais pas juste l'acquisition, pour faire aussi les développements qu'on s'attendait de faire, a indiqué l'éditeur du Droit. Ça fait un an et demi que le groupe des éditeurs régionaux travaille sur différents projets pour passer aux autres étapes, et nous sommes assez avancés dans l'étude de ces projets-là, mais maintenant, il faut être capable de les mettre en place.»

La présidente du Syndicat des travailleurs de l'information du Droit, Valérie Lessard, a admis avoir été surprise par cette annonce. «Cela dit, comme plusieurs questions demeurent encore sans réponses, nous attendrons de voir quel avenir nous réservent nos nouveaux patrons avant de déterminer s'il s'agit d'une bonne ou d'une mauvaise nouvelle pour nous, les employés du Droit. [...] Les propos tenus par nos nouveaux patrons sur l'importance d'une information régionale forte peuvent a priori être reçus comme rassurants. Il reste à voir s'il s'agit uniquement d'un beau discours ou d'une volonté réelle et concrète d'assurer la pérennité de l'information dans la région d'Ottawa-Gatineau.»

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a qualifié la transaction de «nouvelle très intéressante».

«Notre presse régionale doit rester forte sur le plan de l'information, et ce rachat semble vouloir confirmer l'envie pour certains entrepreneurs de maintenir ce niveau d'information, a réagi M. Pedneau-Jobin par voie de communiqué. [...] Sans journal local, de nombreux enjeux de la vie politique municipale ne pourraient être traités publiquement. Nous avons besoin de médias locaux forts et j'ai exprimé mon souhait de discuter rapidement avec M. Cauchon sur la finalité de cette décision pour l'Outaouais.»

De son côté, le président de Gesca, Guy Crevier, a affirmé que cette transaction s'inscrivait dans la volonté de se concentrer sur le développement de La Presse+.

«Cette transaction est positive pour les deux parties, car elle permettra tant à La Presse qu'à l'acquéreur de poursuivre leurs objectifs respectifs», a-t-il indiqué, par voie de communiqué.

Il y a un peu plus d'un an, lors de l'assemblée annuelle des actionnaires de Power Corporation, les dirigeants du conglomérat, André et Paul Desmarais, avaient prévenu que les quotidiens régionaux de Gesca devraient se redéfinir sous peine de disparaître.

Ils avaient également écarté un scénario dans lequel Power Corporation conserverait La Presse pour ensuite se départir du reste de ses quotidiens ailleurs au Québec.

Avec LeDroit

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer