• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > Boîtes postales communautaires: plus de 512 municipalités s'y opposent 

Boîtes postales communautaires: plus de 512 municipalités s'y opposent

Le mouvement d'opposition au plan de Postes Canada de remplacer le service de... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le mouvement d'opposition au plan de Postes Canada de remplacer le service de courrier à domicile par des boîtes postales communautaires a fait boule de neige, au cours des derniers mois.

Le nombre de municipalités qui ont adopté des résolutions pour dénoncer les visées de la société d'État est passé de 110 à 512, en l'espace des trois derniers mois. Cela représente environ 15 % des municipalités du pays, soit environ 15 400 000 résidents, selon une analyse effectuée pour le comité de campagne Sauvons Postes Canada.

La liste dont nous avons pris connaissance comprend plusieurs grandes villes, dont Victoria, Montréal, Toronto, Winnipeg, Hamilton, West Vancouver, London et Fredericton.

Dans la région, les municipalités de Mont-Laurier, Maniwaki, Chénéville, Ripon, Bouchette, Bois-Franc et Gracefield s'y trouvent.

Par ailleurs, 13 organisations ou regroupements municipaux ont également ajouté leur voix au mouvement d'opposition, dont l'Union des municipalités du Québec, le caucus des maires de la Fédération canadienne des municipalités, la Fédération des municipalités du nord de l'Ontario, de même que celle des municipalités de la Colombie-Britannique.

Pour sa part, Montréal a décidé d'ajouter son nom comme intervenant avec le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) dans la contestation juridique devant la Cour fédérale.

« Oui, nous pouvons dire que le mouvement a fait boule de neige au cours des derniers mois. Plusieurs municipalités ont adopté des résolutions parce qu'elles craignent les problèmes causés par les boîtes communautaires », a indiqué Kevin Matthews, du STTP.

Dans une lettre de six pages datée du 17 février, le président du syndicat, Denis Lemelin, évoque des problèmes liés à l'abolition du service de courrier à domicile, notamment pour les personnes âgées et à mobilité réduite. Il relate les inquiétudes de plusieurs citoyens, qui dénoncent le manque de consultation, les problèmes d'accès, de sécurité, d'entretien et de vandalisme.

« Il m'est impossible d'aller chercher mon courrier durant le jour... et j'ai peur d'y aller le soir parce que je ne me sens pas en sécurité », écrit une femme de Calgary.

Collaboration

Postes Canada dit travailler avec les municipalités pour solutionner les problèmes lorsqu'ils se présentent.

« Notre approche, c'est de collaborer avec toutes les communautés, et cela inclut une consultation approfondie auprès de chaque ménage », a indiqué par courriel la porte-parole de Postes Canada, Anik Losier.

« Ces efforts ont été très productifs. C'est ce qui nous permet de trouver les meilleurs emplacements dans les communautés où nous avons fait la conversion du service de livraison à la porte à une boîte postale communautaire, ou sommes en train de le faire ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer