• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > CLD Papineau: indemnités de départ controversées 

CLD Papineau: indemnités de départ controversées

«On parle de restrictions et de toutes sortes... (Archives, LeDroit)

Agrandir

«On parle de restrictions et de toutes sortes d'affaires au Québec. On va prendre 124000$ et on le donne en cadeau à différentes personnes? Je m'excuse, mais avec la situation économique actuelle, aux yeux de ma municipalité, je pense que c'est inacceptable», a pesté le maire de Montebello, Luc Ménard, mercredi soir.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le personnel du Centre local de développement (CLD) Papineau se partagera jusqu'à 124000$ en primes de départ à la fermeture de l'organisme, le 31 mars prochain. Une décision émanant du bras économique de la MRC Papineau qui est loin de faire consensus auprès de certains maires du gouvernement régional qui souhaiteraient plutôt voir cette somme être investie dans des projets de développement économique sur le territoire.

Le c.a. du CLD Papineau a accepté à l'unanimité de réserver une enveloppe maximum de 124000$ en indemnités de départ pour les neuf employés de l'organisme. Ce montant sera pigé à même le surplus du CLD, qui se chiffre à près de 240000$, et dont les fonds restants seront versés dans les coffres de la MRC au début avril.

Selon le plan d'indemnités adopté, même les employés qui seront réaffectés dans un poste à la MRC toucheront un montant. Les primes seront accordées à chaque employé, au cas par cas, en fonction notamment de l'âge de celui-ci, du nombre d'années de service et de la capacité pour celui-ci à pouvoir se dénicher un gagne-pain ailleurs.

Pour le moment, une seule personne a vu son poste être transféré entre les mains de la MRC qui prendra le relais du développement économique de la région de Papineau à compter du 1er avril prochain. Trois employés ont déjà quitté pour d'autres cieux. Le sort des autres salariés demeure pour le moment inconnu.

Pas dans le contrat

Des premiers magistrats de la Petite-Nation ont profité de la séance du conseil des maires, mercredi soir à Papineauville, pour déplorer que des primes de départ soient octroyées alors que ce n'est pas inscrit dans le contrat des employés. Plusieurs dénoncent également l'utilisation de fonds publics à ces fins.

«On parle de restrictions et de toutes sortes d'affaires au Québec. On va prendre 124000$ et on le donne en cadeau à différentes personnes? Je m'excuse, mais avec la situation économique actuelle, aux yeux de ma municipalité, je pense que c'est inacceptable», a pesté le maire de Montebello, Luc Ménard, mercredi soir.

«S'il y a un surplus d'argent au CLD, nous serions peut-être mieux d'utiliser cet argent pour le développement économique que pour des primes de séparation pour des gens qui se sont, pour la plupart, trouvé un autre emploi», a pour sa part lancé le maire de Mayo, Normand Vachon.

La présidente du CLD Papineau, Thérèse Whissell, affirme de son côté que la demande venait d'employés et que le ca a fait ses devoirs avant d'aller de l'avant avec cette décision. «Ça se fait dans des occasions de fermeture comme ça. Ça se fait régulièrement. Nous avons consulté une firme d'avocats avant de décider de mettre ça sur pied», a-t-elle dit.

«Avec tout le branle-bas de combat avec la MRC qui a désorganisé les employés, tout le monde était sur un stress. On trouve que c'est normal de leur donner une prime de séparation», a-t-elle renchéri, déplorant du même souffle que le débat ait été transposé sur la place publique alors que les employés concernés n'ont même pas encore été informés de la situation.

Le dossier risque fort bien d'être rouvert à la table du ca du CLD en mars puisque les élus de la MRC Papineau ont demandé par voie de résolution à ce que celui-ci réexamine les modalités de l'entente.

Le directeur général du CLD Papineau, Aurèle Desjardins, n'a pas voulu commenter l'affaire.

Primes de départ: le CLD Papineau fait bande à part

Les indemnités de départ sous la formule préconisée par le Centre local de développement Papineau ne sont visiblement pas monnaie courante au sein des autres CLD de l'Outaouais.

Joint par LeDroit, le président du CLD Vallée-de-la-Gatineau et préfet de la MRC du même territoire, Michel Merleau, a indiqué que l'intégration «pure et simple» du CLD à la MRC Vallée-de-la-Gatineau a commencé depuis le janvier. Le nombre d'employés attitrés au développement économique et au volet touristique de la région est passé de 13 à cinq depuis. Trois autres personnes seront embauchées au terme de la période de transition.

Aucune enveloppe spécifique n'a toutefois été entérinée par le conseil d'administration en vue d'offrir des indemnités de départ à la main-d'oeuvre. «Chaque employé avait un contrat de travail, alors s'il y avait des primes prévues, nous les avons tout simplement honorées. C'est très minime ce qui a pu être payé», précise M. Merleau.

Le son de cloche est identique au CLD Pontiac. Quatre employés ont déjà perdu leur emploi depuis janvier. Les trois autres salariés de l'organisme quitteront graduellement leur poste d'ici juin. «Il n'y a pas de sommes additionnelles qui ont été ajoutées, mais nous avons respecté la prime de fin de contrat», explique Rémi Bertrand, directeur général par intérim de l'organisme.

Quant au CLD des Collines-de-l'Outaouais, il n'a pas encore statué sur son avenir. Un comité de travail a été mis en place afin d'évaluer quelle forme prendra la structure qui devra assurer le développement économique sur le territoire. Aucune diminution d'effectif n'est prévue pour le moment.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer