• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > Développement économique: une délégation ministérielle en Outaouais 

Développement économique: une délégation ministérielle en Outaouais

Le ministre de l'Économie, de l'Innovation et des... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations (MEIE), Jacques Daoust

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le ministre de l'Économie, de l'Innovation et de l'Exportation du Québec (MEIEQ), Jacques Daoust, s'est engagé vendredi à dépêcher, au cours des prochains mois, une délégation en Outaouais, afin de faire le point sur les besoins de la région en matière de développement économique.

C'est ce qu'ont confirmé au Droit le président de la Chambre de commerce de Gatineau (CCG), Antoine Normand, et le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, vendredi matin, au terme d'une rencontre d'une heure, à Montréal, avec le ministre Daoust et la ministre responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée.

Le maire de Gatineau explique que cette délégation ministérielle doit être formée d'un certain nombre de sous-ministres et de directeurs du MEIEQ. Le pdg d'Investissement Québec devrait aussi faire partie du voyage.

«Nous allons discuter des outils qu'on souhaite obtenir afin de nous aider à améliorer notre performance économique, dit-il. On veut faire de la prospection et de l'incubation d'entreprises. Il faut aussi prolonger et bonifier le mandat d'Export Outaouais. Avec certains outils que le gouvernement pourrait mettre à notre disposition, nous pourrions faire des progrès très intéressants.»

Antoine Normand ajoute que le ministre a pris «bonne note» des outils qui manquent à l'Outaouais. «Il y a des choses que d'autres régions ont et que nous n'avons pas et qui nous aideraient à créer des emplois et de la croissance économique, dit-il. Avec une structure d'incubation, nos entreprises ne se sauveraient pas à Ottawa, elles pourraient grossir chez nous et éventuellement avoir accès à des programmes gouvernementaux.»

Le président de la CCG précise qu'une structure officielle de prospection permettrait à la région d'attirer des entreprises sur son territoire beaucoup plus facilement. «Avec des outils fiscaux et un peu de financement, nous pourrions attirer chez nous des entreprises qui sont actuellement à Ottawa», dit-il.

Les millions de la SDEO

L'épineux dossier des 3,4 millions $ qui dorment depuis des années dans les coffres de la Société de diversification économique de l'Outaouais (SDÉO) a aussi été abordé par MM. Normand et Pedneaud-Jobin, lors de la rencontre avec le ministre Daoust, responsable de cette enveloppe spéciale d'une douzaine de millions $ mis à la disposition de l'Outaouais à la fin des années 1990.

Le flou le plus total continue de régner dans ce dossier. Le secteur rural et la zone urbaine de la région ne s'entendent pas sur la façon de dépenser cet argent. Québec, pour sa part, n'a toujours pas confirmé officiellement que les millions resteront dans la région.

«Nous en avons discuté brièvement, a confirmé M. Pedneaud-Jobin. Le ministre est ouvert à en reparler, mais il préfère discuter de projets concrets que de parler de structures et de qui gère quoi. Il souhaite entendre parler de projets. Nous lui avons répondu que nous avions des projets. Nous allons proposer que ce dossier soit à l'ordre du jour lors de la venue de la délégation dans la région. Cet argent-là devra être dépensé un moment donné.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer