• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > Le fédéral pourrait mieux protéger les stagiaires 

Le fédéral pourrait mieux protéger les stagiaires

Les entreprises de télécommunications et les banques sont... (Sarah Mongeau-Birkett, Archives La Presse)

Agrandir

Les entreprises de télécommunications et les banques sont parmi les secteurs réglementés par le fédéral qui utilisent souvent les services de stagiaires non rémunérés.

Sarah Mongeau-Birkett, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lee-Anne Goodman
La Presse Canadienne

La secrétaire parlementaire de la ministre du Travail, Kellie Leitch, s'entretient cette semaine avec plusieurs experts pour discuter de la situation des stagiaires au pays - laissant croire que le gouvernement pourrait être ouvert à apporter des changements pour mieux protéger cette catégorie de travailleurs.

Selon une militante pour les droits des jeunes travailleurs, les conservateurs pourraient bientôt proposer une loi pour que les stagiaires soient considérés comme des employés à part entière, protégés comme il se doit par le Code canadien du travail.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) avait déposé un projet de loi d'initiative parlementaire en ce sens au mois de juin dernier.

Claire Seaborn, de l'Association des stagiaires du Canada espère que ces consultations amèneront le gouvernement à agir alors qu'il se prépare à débattre du projet de loi néo-démocrate dans les prochaines semaines.

Lors de sa rencontre avec la secrétaire parlementaire Cathy McLeod, Mme Seaborn a plaidé que les stagiaires non étudiants devraient obligatoirement recevoir le salaire minimum.

Les entreprises de télécommunications et les banques sont parmi les secteurs réglementés par le fédéral qui utilisent souvent les services de stagiaires non rémunérés.

«C'est la première fois que nous entendons le gouvernement fédéral sur ce sujet. Ils sont restés muets jusqu'à maintenant», s'est réjouie Mme Seaborn, en entrevue avec La Presse Canadienne lundi.

L'avocat du travail de Toronto Andrew Langille, qui a aussi rencontré la représentante du gouvernement lundi, n'est pas si certain que les conservateurs introduiront de nouveaux règlements.

«Elle avait l'air intéressée à offrir une meilleure protection sur la santé et la sécurité. Mais j'ai cru comprendre qu'elle n'était pas très ouverte à l'idée de légiférer sur les stages», a-t-il expliqué.

Le porte-parole de la ministre Leitch Andrew McGrath a minimisé la portée des discussions. «La consultation d'experts est chose fréquente dans l'élaboration d'une loi», a-t-il souligné.

La députée néo-démocrate Laurin Liu, qui a présenté le projet de loi sur le sujet, estime que les stages non payés devraient être permis seulement dans le cadre éducationnel ou dans des cas où l'emploi bénéficie principalement au stagiaire et non à l'employeur.

Son collègue Andrew Cash a indiqué qu'il était lui-même très optimiste quant aux changements que pourrait apporter le gouvernement. «Cela pourrait être une belle avancée pour les jeunes travailleurs, mais on verra», a affirmé le député.

M. Cash dit avoir entendu parler de plusieurs jeunes qui ont travaillé gratuitement pour des entreprises lucratives. «Dans des compagnies réglementées par le fédéral, [les stagiaires] ne bénéficient pas des protections qu'ont les autres employés. C'est scandaleux et cela doit changer», a-t-il lancé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer