Kruger veut rester jusqu'en 2053

C'est l'entreprise Kruger qui a fait les premiers... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

C'est l'entreprise Kruger qui a fait les premiers pas pour prolonger le bail actuel qui doit se terminer en 2028, d'un autre 25 ans.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Les Produits Kruger et la Commission de la capitale nationale (CCN) négocient actuellement un prolongement de bail qui pourrait permettre à l'entreprise de poursuivre ses activités sur la rue Laurier à Gatineau jusqu'en 2053.

Lors de la réunion de son conseil d'administration mardi, la CCN a régularisé son Plan de secteur du coeur de la capitale afin de permettre à la direction de négocier un prolongement du bail actuel avec Kruger, qui est un sous-locataire de Weston Inc, qui a acquis les Papiers Scott.

La CCN avait acquis l'ancien site des produits des Papiers Scott en 2003. À l'époque, la CCN avait accepté que le site continue à servir d'installation industrielle pour la production de papier jusqu'en 2028.

C'est l'entreprise Kruger qui a fait les premiers pas pour prolonger le bail actuel qui doit se terminer en 2028, d'un autre 25 ans, c'est-à-dire jusqu'en 2053.

«Les négociations vont bien et nous espérons en arriver à une entente au cours des prochains mois», a fait savoir le premier dirigeant de la CCN, Mark Kristmanson, qui a parlé des discussions positives qu'il a eues avec la compagnie ainsi qu'avec le maire gatinois, Maxime Pedneaud-Jobin.

La politique qui traite de la vision à long terme prévoit l'aménagement d'un parc de la capitale après l'expiration du bail, mais ne précisait pas quand le parc serait aménagé.

Avec la modification adoptée, l'aménagement d'un parc sur le terrain de l'usine «ne pourra se faire qu'après la fin de l'utilisation actuelle comme usine de produits de papier».

Par ailleurs, la CCN s'est engagée à travailler avec tout utilisateur industriel des terrains afin de rehausser l'apparence des installations à partir des berges au moyen d'écrans, d'aménagement paysager, et autres.

Feu vert à Windmill

Par ailleurs, la CCN a donné son accord à l'utilisation du sol et du design conceptuel proposé par la société Windmill pour l'aménagement des îles Albert et des Chaudières et de la rive nord de la rivière des Outaouais (terrains de Domtar).

Environ le quart des terrains liés à cet important projet de développement de 37 acres sont la propriété du gouvernement fédéral.

Il reste encore plusieurs étapes à franchir dans ce dossier, puisque la CCN a une obligation légale de consultation, notamment avec les autochtones.

En octobre dernier, Gatineau et Ottawa avaient déjà donné leur approbation à des modifications à leur plan d'urbanisme et à des règlements. Depuis, les amendements de la Ville d'Ottawa ont été contestés devant la Commission des affaires municipales de l'Ontario.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer