Visite dans le ventre de l'ISFORT

Au moins 200 personnes se sont déplacées, vendredi, pour venir visiter les... (Benoit Sabourin, LeDroit)

Agrandir

Benoit Sabourin, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au moins 200 personnes se sont déplacées, vendredi, pour venir visiter les locaux de l'Institut des sciences de la forêt tempérée (ISFORT) à Ripon.

Le pavillon de l'Université du Québec en Outaouais tenait une journée portes ouvertes afin d'offrir à la population régionale la possibilité de découvrir les lieux récemment inaugurés et d'en apprendre davantage sur les travaux scientifiques effectués à l'intérieur de cet ancien couvent de la paroisse Saint-Casimir de Ripon, récemment revampé en laboratoire axé sur la forêt feuillue.

Présentement, huit professeurs et une vingtaine d'étudiants y effectuent de la recherche. «Lorsqu'on aura atteint notre rythme de croisière, on devrait accueillir entre 50 et 60 étudiants de maîtrise, doctorat et postdoctorat et une vingtaine de professeurs et d'aides techniques, en plus des chercheurs invités, explique le directeur de l'ISFORT, Christian Messier. On veut que l'ISFORT devienne un lieu de recherche de niveau international.»

Ce dernier soutient d'ailleurs qu'un chercheur allemand a déjà démontré de l'intérêt à venir travailler dans la région dès l'an prochain.

Projet de 9,3 millions $, l'ISFORT a ouvert ses portes en 2012. Il s'agit du premier institut universitaire au pays dédié entièrement à la recherche et à la formation de personnel hautement qualifié portant sur la forêt tempérée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer