• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > Le projet d'usine d'asphalte bienvenu par Guy Desjardins 

Le projet d'usine d'asphalte bienvenu par Guy Desjardins

Le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins.... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le nouveau maire de la Cité de Clarence-Rockland serait prêt à accueillir le controversé projet d'usine d'asphalte prévu à Plantagenet, dans l'Est ontarien. Guy Desjardins est favorable à l'idée que le promoteur déballe ses valises dans sa municipalité, si le mouvement d'opposition a raison du projet à Plantagenet, une municipalité voisine.

«Nous accueillerions avec plaisir ce projet dans Clarence-Rockland. Nous avons un coin parfait pour eux qui a déjà le zonage requis. Nous sommes prêts à travailler avec le promoteur du projet d'usine d'asphalte pour lui trouver une place. Nous sommes prêts à travailler avec eux pour leur trouver quelque chose», a indiqué le nouveau maire élu, Guy Desjardins.

De son côté, le promoteur garde la porte ouverte. Même s'il a déjà investi plus de 300 000 $ en études et procédures pour son projet prévu en bordure du pont de Jessup's Falls à l'Ouest du village de Plantagenet, Pierre Bernard ne rejette pas l'idée de relancer son projet à Clarence-Rockland, lui qui a déjà une entreprise dans cette municipalité, la compagnie PB Paving and Landscaping.

«Je ne fermerais pas les yeux sur une proposition intéressante à Clarence-Rockland. Je garde toutes les options ouvertes», a déclaré le promoteur du projet, Pierre Bernard.

Le propriétaire de l'entreprise PB Paving and Landscaping de Rockland souhaite investir de 3 à 4 millions $ pour construire une usine ayant une capacité de production de 250 tonnes d'asphalte à l'heure à Plantagenet.

Selon ce dernier, le projet pourrait créer de 30 à 50 emplois dans la région et faire économiser les municipalités de la région.

«Les municipalités des Comtés unis de Prescott et Russell doivent s'approvisionner soit à Cornwall ou encore à Ottawa pour leur asphalte. Pourquoi aller chercher son paquet de gomme à Ottawa quand on habite dans les Comtés unis ?», note M. Bernard.

Mais un important mouvement d'opposition face au projet s'est formé, le Non au zonage pour asphalte à Plantagenet (NZAP). Selon les militants, le projet pourrait compromettre la qualité du sol de la région.

«L'impact d'une usine comme celle-là à Plantagenet est énorme. On vise la protection à long terme de l'escarpement de Jessup's Falls. On n'a pas fait toutes les études nécessaires pour connaître les propriétés du sol, un sol qui se situe entre deux rivières, la rivière de La Nation et la Rivière des Outaouais», a déclaré Suzanne Lavoie, copropriétaire de la Ferme Mariposa, en bordure du site convoité par le promoteur à Plantagenet.

Pour l'instant, le projet est en suspend, car le promoteur attend le dévoilement du nouveau plan officiel gouvernement régional des Comtés unis de Prescott et Russell pour savoir si sa demande de modification de zonage sera approuvée.

Le NZAP ne se montre pas contre le projet à part entière, mais à condition que le site soit approprié.

«Le promoteur est un homme d'affaires et je ne suis pas contre lui. Je veux seulement que son projet voit le jour au bon endroit», note Mme Lavoie.

Récemment, le regroupement contre le projet d'usine d'asphalte à Plantagenet a tenté d'obtenir que la juridiction du territoire convoité par le promoteur passe de «zone d'intérêt naturel et scientifique» régional à provincial, pour que l'Ontario se saisisse du dossier, mais la province a rejeté la requête.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer