• Le Droit > 
  • Affaires 
  • > Des acheteurs potentiels pour le parc industriel de Thurso 

Des acheteurs potentiels pour le parc industriel de Thurso

Le projet du parc industriel régional à Thurso passe à une vitesse supérieure,... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le projet du parc industriel régional à Thurso passe à une vitesse supérieure, alors que des promoteurs ont déposé une offre officielle pour acheter un terrain en vue d'aménager une aire de service aux abords de l'autoroute 50.

Ces gens d'affaires sont prêts à payer 60 acres au coût de 10 000 $ chacun pour un total de 600 000 $. Cette offre est toutefois conditionnelle au changement de zonage.

À la suite de cette offre et d'une option pour un autre 10 acres, le Centre local de développement de Papineau (CLD) a réanalysé les données financières du projet et les a présentées aux maires de la MRC Papineau.

Le CLD a aussi déposé une nouvelle carte du parc industriel, puisque la municipalité de Thurso refusait d'installer des industries lourdes près des résidences.

Puisque le CLD gère le dossier au nom de la Régie intermunicipale qui est composée des 23 municipalités ayant adhéré au projet du parc industriel, l'organisme a aussi spécifié son rôle dans ce dossier.

«Nous gérerons le parc industriel, alors que la Ville de Thurso pourra s'occuper de la gestion de l'aménagement des infrastructures», a expliqué le directeur général du CLD, Aurèle Desjardins. Pour le maire de Thurso, Maurice Boivin, ce n'est qu'une question de logique.

«Il faut seulement s'assurer que les nouvelles infrastructures sont compatibles avec celles déjà existantes afin de ne pas avoir de surprise dans une quinzaine d'années», explique-t-il.

Changement de zonage

Étant donné que les élus ont accepté ces éléments, le CLD peut modifier le plan directeur du parc industriel pour ensuite permettre à la Régie d'acquérir les terrains de la Ville de Thurso.

La prochaine étape à l'avancement du parc industriel est le changement de zonage, qui est présentement agricole. D'ailleurs, l'offre est conditionnelle à l'acceptation de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ).

Cette vente nécessitera le prolongement du réseau d'aqueduc au coût de 312500$. Ces travaux ne seront pas amorcés tant que la transaction ne sera pas conclue.

Pour ce qui est des égouts, la Ville ne les raccordera pas au parc industriel. Les entreprises intéressées devront ainsi se doter de fosses septiques.

En attendant la décision de la CPTAQ, une autre partie du parc industriel peut être développée, car un secteur est déjà aménagé pour accueillir des entreprises.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer