L'institut des sciences de la forêt feuillue tempérée verra le jour

Investissement de 9,5 M $ à Ripon

Le ministre délégué aux Transports du Québec et... (Jessy Laflamme)

Agrandir

Le ministre délégué aux Transports du Québec et ministre responsable de l'Outaouais, Norman MacMillan, le directeur scientifique et chercheur de l'IQAFF, Frédérik Doyon, le directeur administratif et chercheur de l'IQAFF, Philippe Nolet et le recteur de l'Université du Québec en Outaouais, Jean Vaillancourt, ont annoncé des investissements de 9,5 millions $ pour la création de l'ISFORT à Ripon, hier matin.

Jessy Laflamme

L'institut des sciences de la forêt feuillue tempérée (ISFORT) verra le jour à Ripon grâce à des investissements gouvernementaux de 9 476 530 $.

Créé par l'Université du Québec en Outaouais (UQO), cet institut embauchera douze nouveaux professeurs chercheurs oeuvrant dans différents secteurs de la foresterie comme la sylviculture, l'écologie et la biologie de la faune. Ils travailleront dans les bureaux de l'Institut québécois d'aménagement de la forêt feuillue (IQAFF) qui seront agrandis d'ici juin 2013. Ils se grefferont ainsi à la quinzaine d'employés de l'IQAFF et à la quarantaine de techniciens, de stagiaires et d'étudiants universitaires participant aux recherches. Ce projet permettra aussi à l'UQO d'offrir de nouveaux programmes d'enseignement en sciences naturelles, dont la maîtrise en gestion durable des écosystèmes forestiers.

Selon le directeur scientifique de l'IQAFF, Frédérik Doyon, ces investissements arrivent à un moment opportun puisque la foresterie se trouve à l'aube d'une nouvelle ère. « Les forêts ne sont plus seulement qu'une source d'approvisionnement pour les usines. Maintenant appelées infrastructure verte, elles jouent d'autres rôles, notamment au niveau récréatif. Il se pourrait même que la valeur de l'écorce soit dorénavant plus chère que le bois à cause d'un élément qu'on y extrait. Il est donc important de connaître les tendances et d'interagir avec tous les utilisateurs de la foresterie », affirme-t-il.

Financement ardu

En 2009, les gouvernements ont annoncé un investissement de 3,1 millions pour la création de l'ISFORT. Selon l'ancien échéancier, les travaux d'agrandissements se terminaient en mars 2010. « Au début du projet, nous étions partenaires avec le fédéral, rapporte le ministre délégué aux Transports et ministre responsable de la région de l'Outaouais, Norman MacMillan. Puis, ce gouvernement a émis une date butoir alors que nous n'étions pas prêts à pousser le dossier. »

Plus de détails dans l'édition du 21 février ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer